Spécial Auto 2018

11e édition de l’Auto Expo, un salon pour rassurer

Crédit: DR
11e édition de l’Auto Expo, un salon pour rassurer
avril 08
15:35 2018
Partager

La 11e édition de l’Auto Expo ouvre ses portes dans quelques jours dans un contexte de morosité sur le marché automobile. Les opérateurs comptent justement sur le Salon casablancais pour retrouver des couleurs.

Pour le marché automobile marocain, les années se suivent sans se ressembler. Marqué par une croissance record, l’exercice 2016 se terminait sur une note euphorique. Ce fut moins le cas du suivant, dont les chiffres en quasi-stagnation avaient déjà des airs de fin de fête. Le bilan du premier trimestre de l’année en cours sonne comme une confirmation : ouverte par une évolution négative des ventes, 2018 voit le marché s’enliser dans une tendance baissière. Ainsi, à fin mars, les ventes de voitures de tourisme accusent un recul de près de 8%, à 35 384 unités. L’état des lieux n’est pas plus reluisant dans la catégorie des véhicules utilitaires légers, dont les chiffres de vente dévissent d’environ 15%, à 2 808 unités.

Dans ce contexte de déprime généralisée, bien peu de marques sont parvenues à tirer leur épingle du jeu et enregistrer une évolution positive. Même Dacia, indéboulonnable leader du marché, a vu ses immatriculations se replier de près 5%, à 11 329 unités. L’arrivée de la nouvelle génération du Duster, commercialisé dans les prochains jours, devrait toutefois aider le constructeur roumain à redresser la barre.

Son dauphin et cousin Renault n’a pas de telles préoccupations. Avec 5049 véhicules écoulés, correspondant à une progression de 5,3% par rapport à la même période de l’année passée, la marque au Losange affiche une santé plus qu’enviable. Cela suffit au groupe français pour revendiquer une part de marché consolidée toujours aussi impressionnante, dépassant désormais les 46%.

Trou d’air

Confortablement installé à la troisième position, Volkswagen débute également l’année de la plus belle des manières, avec une performance à contre-courant du marché. Les ventes de la marque allemande réussissent en effet une spectaculaire croissance de 18%, à 2 821 unités.

Un rythme infernal que ne suit pas Hyundai, placé au pied du podium. Le Coréen se contente de maintenir ses immatriculations stables, réalisant un volume de 2 460 unités. Tout le monde ne peut pas en dire autant : à l’exception de Toyota, qui clôt le classement, toutes les marques complétant le Top 10 (voir le graphique ci-contre) enregistrent des volumes orientés à la baisse. Et les chiffres sont plutôt sévères pour Peugeot (-23%, à 1 993 unités), Ford (-37%, à 1851 unités), Nissan (-20%, à 1 382 unités) et Citroën (-23%, à 1 197).

Le marché du haut de gamme, pourtant réputé pour sa résilience, n’est pas non plus épargné, même si le recul des ventes y est beaucoup moins prononcé. Conservant son statut de leader de ce segment, Mercedes-Benz accuse une baisse mesurée (-6%, à 666 unités), tout comme ses deux poursuivants et compatriotes BMW (-2%, à 625 unités) et Audi (-5%, à 536 unités). Land Rover se distingue du lot avec une progression de 14% (à 439 unités), et encore plus Porsche (54%), certes avec un volume bien plus réduit de 65 unités.

Question : comment expliquer le trend baissier qui touche aujourd’hui le marché automobile, qui pourtant a réussi ces dernières années à se maintenir à l’abri des aléas économiques du pays ? Parmi les opérateurs du secteur, chacun y va de sa propre réponse. Si certains attribuent le trou d’air à une simple question de conjoncture économique, d’autres évoquent l’effet d’attentisme et le report des achats qui précèdent inévitablement la tenue d’une édition de l’Auto Expo. Et c’est justement sur le Salon casablancais, qui se déroule du 10 au 22 avril, que la plupart comptent pour renouer avec la croissance, tant il est vrai que ce dernier a toujours été un formidable accélérateur de ventes.

Nouvelle adresse, nouvelles ambitions

Pour la deuxième édition consécutive, ce rendez-vous bi-annuel organisé par l’Association des importateurs de véhicules automobiles au Maroc (AIVAM) change d’adresse. Cette année, l’exposition automobile a élu domicile dans un nouveau site éphémère, situé dans la zone de l’ancien aéroport Casa Anfa (en face de la Préfécture de Hay Hassani). Au programme : plus d’une cinquantaine d’exposants, abrités dans un espace composé de 4 halls d’exposition et s’étendant sur une surface totale de  80 000m² (contre 50 000 m² en 2016). Et cette fois-ci, promis juré, les aires de stationnement à proximité du site ne manqueront pas.

On s’en doute, les 33 marques automobiles, comme les 13 marques de motos, n’ont pas ménagé leurs efforts (et leurs finances) pour briller de mille feux durant cette grand-messe automobile. Avec un objectif assumé : attirer le chaland et noircir autant que possible les bons de commande. Ainsi, outre le faste des stands, les 200 000 visiteurs attendus pourront découvrir un feu d’artifice de nouveautés, avec plus d’une vingtaine de modèles présentées en première nationale parmi les quelque 400 véhicules exposés. Ils viendront également prendre connaissance de la classique farandole d’offres promotionnelles et de formules de financement spécifiques qui accompagnent habituellement ce type de manifestation.

Pour autant, ses organisateurs espèrent débarrasser un tant soit peu l’Auto Expo de cette identité de “foire commerciale” qui lui colle à la peau. C’est dans ce dessein que la mouture 2018 accueillera, pour la première fois depuis plusieurs éditions, des rencontres-débats autour de thèmes touchant au secteur automobile marocain, où il sera entre autres question de sécurité, de fiscalité automobile ou encore de voitures propres. Après tout, un salon automobile est censé être plus qu’un simple showroom géant.

NEWSLETTER TELQUEL BRIEF

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss