Economie

"Mahatati", l'application pour comparer les prix à la pompe est (enfin) lancée

CR: Telquel.ma
"Mahatati", l'application pour comparer les prix à la pompe est (enfin) lancée
avril 06
15:05 2018
Partager

Après des mois de retard par rapport à la date promise, le ministère délégué aux Affaires générales a annoncé ce jeudi à Rabat le lancement de l'application mobile Mahatati. Cette plateforme digitale développée en étroite collaboration avec le Groupement des pétroliers du Maroc (GPM) permettra de consulter et comparer les prix du carburant. Les détails.

Mahatati est enfin disponible sur les smartphones. Accessible sur Android et iOS, elle instaure des mécanismes de concurrence dans le secteur des hydrocarbures, un marché où les prix à la pompe ont augmenté depuis la libéralisation en décembre 2015.

Mahatati permettra aux clients, à travers la technologie de géolocalisation, de connaitre les prix pratiqués par les différentes stations-service proches d'eux. Ainsi, ils pourront choisir la moins chère.

L'application a été développée en partenariat avec le Groupement des pétroliers du Maroc (GPM). C'est eux qui fourniront les informations sur les prix pratiqués dans leurs différentes stations- service dans tout le Maroc.

El Othmani "remercie" les pétroliers

Convié à la cérémonie de lancement de l'application, le chef du gouvernement n'a pas tari d'éloges à l'égard des deux partenaires initiateurs du projet. "Du premier jour de sa désignation, Lahcen Daoudi s'est attelé sur comment pousser les stations d'hydrocarbures vers une vraie concurrence", a déclaré Saad Eddine El Othmani au sujet de son ministre délégué aux Affaires générales.

Selon le chef du gouvernement, la démarche adoptée par Daoudi entre dans le cadre du simple droit des citoyens à accéder à l'information. "Ceci conduira inévitablement à la baisse des prix", promet-il.

El Othmani a également profité de l'occasion pour en toucher un mot aux pétroliers. C'est qu'il a fallu obtenir l'adhésion des 18 sociétés distributrices de carburant dans le Royaume. Reconnaissant que tout acteur souhaite garder ses données secrètes, le chef du gouvernement voit dans le fait que les distributeurs aient "accepté de dévoiler leurs prix aux citoyens" un "premier pas positif". "Je les remercie de l'avoir fait", conclut-il.

La bataille du prix

Vantant l'effort consenti par le gouvernement pour "assurer la protection des consommateurs via des actions concrètes", Lahcen Daoudi promet d'élargir davantage le champ de la concurrence.

Dans un secteur où l'Etat ne fixe plus le prix à la pompe, le ministre déclare que depuis décembre 2015, "les sociétés ont assez profité de la libéralisation". Il cite en exemple la différence de prix constatée entre deux stations dans un intervalle d'un kilomètre. "Cette différence atteint parfois un dirham par litre", soutient-il.

"La plupart des conducteurs ne sont intéressés que par le carburant, non par le show 5 étoiles que peut proposer une station", a déclaré Daoudi pour expliquer pourquoi le gouvernement devait octroyer aux consommateurs le "privilège de choisir".

Répondant à son partenaire dans le projet Mahatati, le président du GPM, Adil Ziadi souligne pour sa part qu'on ne peut interdire d'accès des clients préférant se rendre chez un distributeur, sous prétexte qu'elle pratique des prix plus élevés. "Ne nous en voulez pas si certaines stations aux prix bas manquent de rentabilité", explique-t-il.

Appuyant ses propos par les résultats d'une étude qui a été remise au ministre, le représentant des opérateurs du secteur des hydrocarbures affirme que les prix pratiqués Maroc restent les moins chers de tout le pourtour méditerranéen. "Notre étude excepte les pays pétroliers", nuance-t-il.

Un retard "justifié"

Prévu pour septembre, le lancement de Mahatati a accusé un retard que les observateurs du secteur expliquent par la "réticence" des distributeurs de carburant à communiquer les prix à la pompe.

Lahcen Daoudi pour sa part voit deux raisons à ce retard. La première est liée au fait que le budget consacré à la mise en place de l'application s'est avéré "insuffisant". "Il fallait demander une réallocation à l'Exécutif pour rémunérer le bureau d'études qui a développé l'application", nous précise-t-il.

Pour ce qui est de la seconde raison, Mahatati ne pouvait voir le jour sans l'adhésion totale des distributeurs estimés à près de 2.400 à l'échelle du territoire national. "Certains ont adhéré de suite, tandis que d'autres ont tardé", commente Daoudi. Evoquant un "problème de compatibilité", le ministre ajoute dans ce sens que ces sociétés ont avancé le fait que leur système de partage d'information était différent. "Certaines stations n'avaient même pas de totem. C'est rare, mais les sanctions vont tomber", nous déclare Daoudi.

Adil Ziadi nous confie pour sa part que le retard constaté est "seulement dû au développement informatique de l'application", soit la condition permettant de transmettre les informations des distributeurs sur une base de données commune.

"Sincèrement, il ne s'agissait pas de réticence, mais de simples problèmes de synchronisation d'information", souligne-t-il. Le président du GPM tient à préciser que les gérants de certaines stations en sont parfois propriétaires. "Des travaux de connexion électronique, de câblage et même de génie civil devaient se faire sur les stations. Ce qui nécessite du temps pour tout coordonner", poursuit-il.

Ceci étant, l'application Mahatati est désormais opérationnelle. Petite précision: il convient d'effectuer votre recherche en tapant "Mahatati officiel". D'autres applications du même nom sont en effet répertoriées sur Android et iOS.

Tags
Partager

Lire aussi

NEWSLETTER TELQUEL BRIEF

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss