Idées

Zakaria Boualem et le Mondial 2026

Zakaria Boualem et le Mondial 2026
avril 02
10:52 2018
Partager

Cette candidature du Maroc à l’organisation de la Coupe du Monde est un moment formidable, les amis. Contrairement aux précédents essais, cette affaire fait l’objet d’un véritable débat national… sur les réseaux sociaux (il ne faut pas trop en demander). Aujourd’hui, les Marocains se regardent collectivement dans une glace pour se demander s’ils sont capables de devenir le centre du monde dans huit ans, c’est un spectacle fascinant. Zakaria Boualem s’est intéressé à la masse de réactions, à l’avalanche de commentaires, puis il a modélisé les profils suivants, qu’il va vous exposer sans plus attendre, puisque c’est son travail.

  1. L’optimiste anesthésié : “Bien sûr qu’on est capable d’organiser la Coupe du Monde, rien ne nous fait peur, on va construire les stades, et on va basculer dans la modernité en huit ans. Il ne faut pas oublier qu’on a un TGV, un théâtre géant, un satellite et le plus grand mall d’Afrique, quand même, ce n’est pas rien. Ils sont mieux que nous, le Brésil, peut-être ?” Il faut noter que l’optimiste anesthésié considère les infrastructures marocaines comme des inventions nationales, des innovations uniques dans le monde, et qu’il explique dans la même phrase que nous sommes déjà formidables et que grâce à la Coupe du Monde nous allons devenir formidables, c’est assez complexe comme position.
  1. L’optimiste modéré : “Certes, nous sommes plombés par un certain nombre d’insuffisances qui, il faut bien l’avouer, sont lourdement pénalisantes. Mais grâce à la Coupe du Monde, et sous la pression de la FIFA, nous allons enfin passer à la vitesse supérieure. Nous sommes un peuple en cumin, il nous faut du frottage. Pourvu qu’on l’obtienne, car nous n’aurons plus le choix. C’est un projet national, il va créer de la mobilisation, c’est exactement ce dont nous avons besoin”. Cette position est lucide, bien entendu, même s’il se dégage de ce discours, très présent sur les réseaux sociaux, un parfum de la dernière chance assez déprimant au final.
  1. Le comptable grognon : “C’est une folie, cette compétition, plus personne n’en veut dans le monde. Un affreux gouffre financier, demandez un peu aux Brésiliens ce qu’ils en pensent, et d’ailleurs même la ville de Chicago n’en veut pas, de ce truc. Nous avons besoin d’une école publique performante et on vient nous parler de football. Au lieu d’avoir des enfants analphabètes, on aura des enfants analphabètes et endettés…” Il aime enchaîner en vous noyant de liens vers des articles arides démontrant avec des chiffres incompréhensibles la vérité de son propos, c’est en général un redoutable internaute.
  1. Le supporter désabusé : “A3ibadallah, vous savez qu’on parle d’organiser 80 matchs, vous êtes au courant  ? On en a huit de première division chaque week-end et c’est la pagaille. Vous avez oublié la kerrata et le Real Madrid qui doit changer de stade la veille du match ? Vous avez oublié Ebola et la visite de Hollande qui envoie le Raja jouer à El Jadida ? Est-ce que vous voulez qu’on se couvre de ridicule ? Laissez-nous s’il vous plaît regarder ça à la télé, comme tout le monde, discrètement…” On peut reconnaître à cette position le mérite de reposer sur une bonne connaissance du monde du football, et sur un amour sincère du Mondial de son pays.
  1. L’opposant farouche : “Ah bon ? Quand c’est les Rifains qui demandent un hôpital, on les met en prison, et quand c’est la FIFA, on leur en promet 21 d’un seul coup. Mais c’est affreux ! Je vais faire campagne pour les USA, yallah…” La suite de ce discours est impossible à retranscrire ici, mais vous avez bien compris l’idée générale.

Pour être exhaustif, il aurait fallu ajouter le businessman qui espère décrocher des marchés, le dragueur des rues qui espère améliorer sa vie sexuelle dans huit ans, et celui qui s’en fout puisqu’il ne va pas voter et que, comme d’habitude, il n’aura qu’à subir ce qui va lui tomber sur la tête.

C’est tout pour la semaine, et merci.

Tags
Partager

Lire aussi

NEWSLETTER TELQUEL BRIEF

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss