Maroc

Al Qods: la chargée d’affaires américaine convoquée par le ministère des Affaires étrangères

Al Qods: la chargée d’affaires américaine convoquée par le ministère des Affaires étrangères
décembre 06
13:11 2017
Partager

Le but de cette convocation est de transmettre la position marocaine au sujet de Jérusalem directement à l'ambassade américaine. Les représentants des autres membres permanents du Conseil de sécurité ont également pris part à cette réunion afin de responsabiliser l'organe exécutif de l'ONU.

Suite à la décision américaine de reconnaitre Jérusalem (Al Qods) comme capitale d’Israël annoncée le 5 décembre par Washington, le ministère des Affaires étrangères a convoqué ce mercredi 6 décembre la chargée d’affaires de l’ambassade des États-Unis à Rabat, apprend-on de source diplomatique. Les ambassadeurs des quatre autres membres permanents du Conseil de sécurité à savoir la Chine, la France, le Royaume-Uni et la Russie ont pris part à cette rencontre.

"C’est une configuration spéciale qui a pour but de transmettre la position marocaine directement à l’ambassade américaine et responsabiliser les membres permanents du Conseil de sécurité  par rapport à une question qui touche à la ville à sa spécificité, mais aussi à la paix et la stabilité de la région", nous explique une source diplomatique marocaine.

L’ambassadeur de Palestine au Maroc a également pris part à cette rencontre afin de "marquer la solidarité" avec ce pays. Cette présence s’inscrit également dans la volonté du Maroc "de coordonner les démarches" à mener suite à la décision américaine, précise notre interlocuteur. Durant cette réunion, le ministre des Affaires étrangères Nasser Bourita a "réitéré la position marocaine (au sujet d’Al Qods, NDLR)  et ses fondements".

Le but de cette démarche marocaine est de se conformer "au référentiel international", notamment aux accords de Camp David, sachant que le statut d’Al Qods doit faire partie des négociations "au stade ultime" entre Israël et la Palestine. Elle a également pour but de sauvegarder "la stabilité d’une région qui est déjà en ébullition" et d’éviter l’affaiblissement "du camp de la paix".

Cette réunion ne signifie pas la fin de la coordination collective à laquelle le Maroc participe avec les pays de la Ligue arabe. Une réunion d’urgence de l’organisation demandée par la Palestine et la Jordanie  pourrait d’ailleurs se tenir prochainement. Pour rappel, le roi Mohammed VI avait mis en garde le président américain Donald Trump quant à sa décision de reconnaitre Jérusalem comme capitale d'Israël et de transférer l’ambassade américaine dans la ville sainte.

Tags
Partager

Lire aussi

NEWSLETTER TELQUEL BRIEF

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss