Médias

Quand Dupond-Moretti se moque de Bernard-Henri Lévy, "l’arbitre des élégances"

Éric Dupond-Moretti © Yassine Toumi/TELQUEL
Quand Dupond-Moretti se moque de Bernard-Henri Lévy, "l’arbitre des élégances"
novembre 15
16:36 2017
Partager

Ouvertement critiqué par Bernard Henri-Lévy pour sa défense dans l'affaire Merah, l'avocat Eric Dupond-Moretti a répondu à l'essayiste dans une lettre extrêmement ironique.

"Il ne manquait plus que votre plume dans ce débat... Et c'est paradoxal, vous avez, avec votre modestie naturelle, comblé ce vide abyssal". L'avocat de Mohamed Merah n'a pas lésiné sur les mots pour répondre à la tribune publiée par Bernard Henri-Lévy (BHL) sur le site de son magazine, La Règle du jeu.

Lors de cette sortie médiatique, BHL avait qualifié une interview accordée par Me Dupond-Moretti à France Inter d'"absurde numéro de donquichottisme où le plaideur s’invente des moulins (et un vent mauvais de vengeance se levant de toute part pour écarteler Merah en place publique) dont il a beau jeu de triompher puisque tout cela n’existe, encore une fois, que pour la commodité de la posture".

Le ténor du barreau français a nargué le philosophe, écrivant: "il est presque doux de recevoir des leçons de morale de celui qui, dans tous les domaines, se veut, depuis de trop longues années, l'arbitre des élégances". 

Plus loin, il s'est moqué "des chemises Charvet (portées par BHL, NDLR) toujours ouvertes et toujours parfaitement blanches", avant de charger l'essayiste : "vous démontrez que vous ne connaissez rien aux droits de la défense, posez donc quelques questions à votre fils (que j'ai encensé quand il défendait Fillon)".

L'avocat conclut sur une formule cinglante: "Le 3 mai 1936, Magritte a écrit au critique Dupierroux qu'il n'était qu'une vieille pompe à merde, je n'ai, hélas ni le talent, ni l'audace de Magritte."

Tags
Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss