Maroc

Actifed Rhume, DoliRhume et Nurofen Rhume sur la "liste noire" des médicaments à éviter en France

Crédit : Gatis Gribusts/ Flickr
Actifed Rhume, DoliRhume et Nurofen Rhume sur la "liste noire" des médicaments à éviter en France
novembre 14
16:02 2017
Partager

Le magazine français "60 millions de consommateurs" a analysé les risques présentés par 62 médicaments vendus sans ordonnance. Les résultats sont inquiétants: 50% d'entre eux sont à proscrire.

50%. C’est le taux de médicaments sans ordonnance à proscrire selon l’édition du 14 novembre du magazine français 60 millions de consommateurs qui a dressé une "liste noire" de produits figurant parmi les plus vendus en France.

Seuls 13 médicaments sur les 62 passés sous le contrôle du professeur Jean-Paul Giroud, membre de l’académie de médecine, et de la pharmacienne Hélène Berthelot sont "à privilégier". Parmi eux, Vicks Vaporub, Imodiumcaps, Gaviscon menthe, Forlax 10 G, Maalox. Cependant, dans le cas de ces médicaments, la " durée d’utilisation doit être courte", souligne le professeur Giroud.

Un tiers des médicaments listés par 60 millions de consommateurs est classé "faute de mieux " tandis que 28 sur 68 sont simplement "à proscrire". Dans cette "liste noire", figurent des médicaments anti-rhume comme Actifed Rhume, DoliRhume et Nurofen Rhume.

Il s'agit de cocktails composés de deux à trois composants actifs : un vasoconstricteur (nez bouché), un antihistaminique (nez qui coule) et du paracétamol ou de l’ibuprofène (mal de tête).

Le magazine avertit des risques de surdosage et des effets indésirables graves du mélange de ces trois composantes, notamment les "accidents cardiovasculaires, neurologiques, vertiges...". La publication estime en outre que "pour décongestionner un nez bouché, on met un bazooka à la disposition des malades".

Le magazine évoque également la pseudoéphédrine, un produit qui "expose à des risques d’accidents cardiovasculaires et d’AVC", selon le professeur Giroud. Ce dernier considère que les médicaments listés plus haut sont "dangereux", et affirme à l'AFP qu'ils "devraient être retirés du marché".

Toujours d'après le professeur Giroud, des médicaments par voie orale à base de pseudoéphédrine sont vendus sans ordonnance alors qu’ils présentent jusqu'à 30 fois la dose contenue dans les médicaments administrés par voie nasale qui eux, sont uniquement accessibles sur ordonnance.

"60% des médicaments contre la toux à éviter"

Le magazine 60 millions de consommateurs tire également la sonnette d'alarme sur les médicaments destinés à soulager la toux. La publication estime qu'un seul médicament de sa liste est à privilégier tandis que 60% sont à éviter.

Lorsqu'en 2015, 60 millions de consommateurs avait réalisé une étude semblable, les chiffres étaient moins inquiétants: 35 % de médicaments étaient à privilégier et seulement 50 % à proscrire.

Adeline Trégouët, rédactrice en chef déléguée du magazine, explique à l'AFP que cette dégradation provient d'un détournement "marginal" pour cette substance chez les adolescents, notamment via des cocktails "purple drank" mêlant sodas et produits pharmaceutiques.

Par conséquent, depuis juillet, les sirops ou comprimés à base de dextrométhorphane (dérivé opioïde), une substance efficace sur certaines toux sèches et fatigantes, ne sont plus accessibles sans ordonnance.

En France, 4.000 médicaments sont vendus sans ordonnance. "600 d'entre eux sont en accès direct en pharmacie", souligne le professeur Giroud, qui déplore "un problème d’information, le public ne connaît les médicaments que par la publicité, or elle n’est pas véritablement informative".

Avec AFP

Tags
Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss