Maroc

Le ministère des Habous a-t-il vraiment déclaré la guerre à l'absentéisme des imams ?

Le ministère des Habous a-t-il vraiment déclaré la guerre à l'absentéisme des imams ?
novembre 03
17:15 2017
Partager

Une note du Ministère des Habous et des Affaires islamiques sur le contrôle de l’absentéisme des imams a été envoyée aux délégations régionales. Alors que la missive est perçue par certains médias comme un acte de "guerre", le ministère parle plutôt d'un simple "rappel" de routine.

Selon plusieurs médias, le ministère des Habous et des Affaires islamiques aurait appelé les délégations de son département à exercer des contrôles plus stricts sur le terrain, notamment concernant le contrôle de l’absentéisme des imams.

C'est ce que révèlent nos confrères du journal Assabah dans leur édition du mardi 31 octobre. Selon leurs sources, les imams et les prêcheurs auraient notamment tendance à se faire remplacer lorsqu'ils s'absentent, par des personnes qui ne sont pas autorisées à le faire. C'est pour cette raison que le ministre aurait demandé à ses délégations, à travers une note, de rapporter les absences des imams et prêcheurs, ainsi que leur remplacement par des personnes non habilitées.

Une note que le ministre des Habous et des Affaires islamiques, Ahmed Taoufiq, nous confirme avoir envoyée "il y a quelques semaines déjà". Il précise toutefois que "cette note n'a rien de spécial. Elle ne fait suite à aucun évènement en particulier. C'est une note comme on en a envoyé beaucoup d'autres avant. C'est plutôt un rappel".

Le ministre affirme par ailleurs qu'il est "très rare qu’il y ait de l’absentéisme", et que le phénomène "n'est pas en augmentation". En ce qui concerne les suppléants non qualifiés, il confirme que "cela arrive, car la plupart du temps on doit le trouver dans l'urgence. Mais c'est rare et pas intentionnel".

Ahmed Taoufiq, qui compte près de 55.000 imams sous sa tutelle, a également affirmé au Parlement à Rabat que les rémunérations actuelles des imams demeurent faibles (de 1.400 à 2.500 dirhams pour les imams et 400 à 1.000 dirhams pour les prédicateurs). "Grâce au budget de cette année, qui s'élève à 1,226 milliard de dirhams, nous allons pouvoir octroyer davantage de primes à ces derniers", nous explique Ahmed Taoufiq.

Tags
Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss