Maroc

A Meknès, deux lycéens expulsés pour avoir échangé un baiser s'apprêtent à être réintégrés

Crédits photo : Flikr / Chris Lewis
A Meknès, deux lycéens expulsés pour avoir échangé un baiser s'apprêtent à être réintégrés
octobre 31
19:51 2017
Partager

L'expulsion d'une lycéenne à Meknès pour un baiser a suscité l'émoi, poussant l'établissement à reconsidérer sa décision et à réintégrer la jeune fille.

Il y a quelques jours, une jeune fille a été expulsée après avoir embrassé un autre élève dans la cour du lycée Mohammed V de Ouislane, dans la province de Meknès. L'information, qui avait provoqué l'indignation des internautes et la colère de certains activistes, a été révélée par le quotidien Akhir Saâ dans son édition lundi 30 octobre.

Le conseil de discipline de l'établissement, composé du président de l'association des parents d'élèves et quelques représentants des étudiants, et réuni le 24 octobre dernier, avait proposé d'exclure définitivement la jeune fille et de muter son camarade dans un autre établissement.

Une décision que condamne Soumaya Ben Abou à la tête de la direction provinciale de l'éducation nationale à Meknès: "Nous avons envoyé une commission sur place qui a demandé au conseil de se réunir une nouvelle fois pour revoir ce jugement injustifié et réintégrer la jeune fille".

Lors de ce second conseil, qui devrait se tenir  mercredi 1er novembre, les membres devront tenir compte de la note ministérielle signée à l'époque du ministre Rachid Belmokhtar. "Cette note affirme que le renvoi ne se justifie que dans les cas extrêmes comme ceux de violences avérées par exemple et que dans les autres cas il faut privilégier les sanctions alternatives comme les travaux d’intérêt général", poursuit notre interlocutrice.

Soumaya Ben Abou concède néanmoins que "le conseil de discipline a certes eu une décision maladroite, mais les deux élèves ont eux aussi eu un comportement inacceptable dans l'enceinte d'un établissement public". D'après elle, "normalement la jeune fille et son camarade seront réintégrés dès demain en classe".

Une affaire qui rappelle celle du baiser de Nador, en 2013, où deux jeunes avaient été poursuivis en justice puis acquittés après avoir posté sur Facebook une photo d'eux en train de s'embrasser.

Tags
Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss