Maroc

Pourquoi l'organisation du Marathon de Casablanca a été un échec

Crédits photo : Page Facebook de l'évènement - Casa Marathon
Pourquoi l'organisation du Marathon de Casablanca a été un échec
octobre 31
14:18 2017
Partager

Plusieurs participants au 10e Marathon de Casablanca se plaignent du "chaos" qui a caractérisé la course. Casa Event, qui organisait l'évènement, s'explique.

Problèmes de ravitaillement, départ chaotique, manque de médailles... Plusieurs des participants au 10e Marathon de Casablanca, qui s'est tenu dans la matinée du dimanche 29 octobre,  critiquent l'organisation de ce rendez-vous sportif annuel.

Sur la page Facebook de l'évènement, les commentaires négatifs se multiplient pour dénoncer une organisation "lamentable", "catastrophique", "honteuse"... Plusieurs participants se plaignent notamment du manque de sécurité pour les coureurs, du manque de ravitaillement, ou encore du "chaos" du départ et de l'arrivée de la course. Mohamed Jouahri, le directeur de Casa Event qui organisait l'évènement, reconnaît ces dysfonctionnements et s'explique.

Insécurité pour les coureurs

L'un des griefs les plus récurrents concerne la sécurité. En effet, les participants se sont retrouvés à courir sur les grands boulevards de la ville au milieu des chauffards. "On a couru devant des taxis roulant à toute vitesse et klaxonnant à tout va!", nous raconte Khadija, la mère de l'une des participantes.

Des conditions désagréables certes, mais surtout dangereuses. Rachid* a décidé d’arrêter de participer au Marathon de Casablanca l'année dernière pour cette raison. "Lâcher des gens sur des voies de bus après 2h de course est très dangereux, car leur lucidité est amoindrie avec l'effort physique", explique-t-il.

Une autre participante, Nawal, se plaint elle d'avoir dû courir dans "tous les tunnels de la ville. À Zerktouni, nous avons traversé deux tunnels. C'était très stressant et étouffant de se retrouver là-dedans au milieu de la foule".

 

"Notre comité, composé des membres de Casa Event, mais aussi des élus de la ville et des membres de la Ligue d’athlétisme de Casa, a tout fait pour que cela n'arrive pas pourtant. Le maire de Casablanca a signé un arrêté pour interdire la circulation toute la matinée de dimanche sur les parcours. Un arrêté qui a été distribué et diffusé", explique le directeur de Casa Event.

Un arrêté qui n'a pas été respecté, reconnaît Mohamed Jouahri, soulignant que dès 10h30, les forces de l'ordre ont laissé passer les voitures sur le parcours. "Le premier participant est arrivé à 9h50, mais certains participants amateurs ont mis plus de temps que prévu à réaliser le parcours. Ce qui fait que les chauffards commençaient à s’impatienter klaxonnant et forçant le passage parfois. On a donc laissé passer quelques automobilistes".

Manque de ravitaillement

Autre reproche fait aux organisateurs: le manque de ravitaillement en eau et l'absence de ravitaillement solide. "Durant tout le dernier tiers du parcours, les points de ravitaillement en eau étaient vides", raconte Nawal. Prévoyante, elle avait amené sa propre gourde d'eau. D'autres n'avaient pas prévu ou pas assez. "Ma petite fille n'a pas trouvé d'eau. J'ai dû batailler pour lui trouver une bouteille. C'est scandaleux", raconte Khadija.

"Vous imaginez bien que le comité ne peut pas faire d'économies sur ce point-là ! Nous avons mis en place des points d'eau obligatoires tous les 5 km. Nous avons distribué 40.000 bouteilles, ce qui revient à 7- 8 bouteilles par coureur. Ce qui est un chiffre normal si les gens en faisaient une consommation normale. Or des gens se sont trop servis et parfois même des gens qui ne participaient même pas à l'évènement non plus!", explique Mohamed Jouahri qui affirme tout de même avoir retenu la leçon et promet de doubler les quantités l'année prochaine.

Chaos au départ... et à l'arrivée

"Le départ, c'était du grand n'importe quoi! Il y a eu deux départs, mais on ne savait pas qui devait partir quand. Normalement, les coureurs du marathon (42 km) doivent partir avant ceux du semi-marathon (21 km). Ce qui n'était pas le cas. Bref ça n'était pas clair", nous raconte Alice*.

Pour Mohamed Jouahri les indications de départ, pourtant annoncées dans la communication de l’évènement, n'étaient en effet pas assez claires : "Les gens ne comprenaient pas qui partait quand. L’année prochaine, on ne fera qu'un seul départ".

Le manque d'organisation s'est aussi ressenti à l'arrivée. "On s'est tous retrouvés dans une petite rue étroite à côté des poubelles pour la distribution des médailles et des sacs de ravitaillement. Il n'y en avait pas assez pour tout le monde et les gens ont commencé à s'énerver", raconte Khadija. "Les gens prenaient plusieurs médailles au lieu d'une. C'était un peu la pagaille!", ajoute Nawal.

Un problème que le directeur général de Casa Event explique ainsi: "Plus de 300 personnes ont pris le départ sans dossards. À l'arrivée, les agents qui faisaient la distribution des lots ne regardaient pas s'ils portaient le dossard ou non. Nous partons du principe que c’est une fête sportive. On n'a pas envie de faire les gendarmes". Une justification qui agace Khadija dont la petite-fille n'a pas eu de médaille : "C'est injuste! Elle a payé pour participer, et elle n'a pas eu sa médaille".

Un marathon qui n'est pas à la hauteur ?

Si le directeur général affirme vouloir hisser le Marathon de Casablanca aux normes internationales, ce dernier  en est encore éloigné. "Nous voulons nous servir des erreurs de cette édition pour améliorer la prochaine", affirme Mohamed Jouahri.

Pourtant, il ne semble pas, selon les participants, y avoir d'amélioration au fil des années. Au contraire, d'après Rachid: "Mes amis qui ont participé à l'édition de cette année m'ont dit que c'était du pareil au même... Et ça n'est pas près de changer".

De son côté, le directeur de Casa Event remet la faute sur le manque de moyens financiers et humains: "Avec plus de 6.000 participants, un budget de seulement 3 millions de dirhams et un effectif de personnel encadrant d'environ 250 personnes, c'est très insuffisant".

*Certains prénoms ont été changés.

Tags
Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss