Economie

Des résultats semestriels mitigés pour LafargeHolcim Maroc

Crédit: AFP
Des résultats semestriels mitigés pour LafargeHolcim Maroc
octobre 03
14:24 2017
Partager

Malgré l’adoption d’une stratégie d’innovation commerciale, le leader national des matériaux de construction voit ses résultats chuter par rapport à l’an dernier.

La conjoncture sectorielle difficile marquée par le repli de 9,2% des écoulements de ciments à 6,8 millions de tonnes, conjuguée à une hausse du coût énergétique a eu raison du leader national des matériaux de construction. En effet, la récente publication des résultats semestriels du groupe LafargeHolcim Maroc (LHM) a révélé une baisse significative par rapport au 30 juin 2016.

Le résultat net consolidé de LHM affiche 966,2 millions de dirhams, en repli de 21,9% en pro forma (comptes consolidés post fusion par absorption de Holcim Maroc par Lafarge Ciments) par rapport au premier semestre 2016.

La tendance baissière intègre également un résultat financier consolidé en déficit de 88,8 millions de dirhams (contre -37,9 MDH en pro forma) et un résultat non courant consolidé négatif de -83,3 MDH (-47,2 MDH en pro forma), relèvent les analystes de BMCE Capital bourse. Les mêmes sources indiquent que la marge nette se fixe ainsi à 24,6%, contre 28,2% en pro forma.

Par ailleurs, le résultat net part du groupe (RNPG) qui s’est établi à 966,2 MDH (-21,8% en pro forma). Ces résultats en berne, conséquence directe du repli que connait le secteur du BTP, ont principalement touché le chiffre d’affaires consolidé du cimentier. S’élevant à 3,92 MMDH, il enregistre une baisse de 10,3% en pro forma.

La politique de maîtrise des coûts, renfoncée par la poursuite du plan de synergies au sein de LHM, n'a eu que peu d’impact sur le résultat d’exploitation consolidé. Ce dernier est en régression de 17,4% en pro forma, soit à 1,56 MMDH. De ce fait, la marge opérationnelle ressort à 39,9% contre 43,3% en pro forma, précise BMCE Capital Bourse.

Côté bilan, le groupe affiche un fonds de roulement (FR) toujours négatif de -1,17 MMDH (contre -471,3 MDH en 2016), pour un besoin en fonds de roulement (BFR) en dégradation de 3,8% à 846 MDH. Les effets la trésorerie nette se détériore à près de -2,02 MMDH, contre -695,6 MDH à fin 2016, ajoute la source.

Perspectives de reprise

Parmi les faits marquants du semestre écoulé, la signature de la commande de la cimenterie d’Agadir augure une reprise d’activité pour le groupe. D’une capacité de production annuelle de 1,7 million de tonnes, cette commande vient s’ajouter à l’entrée en production de la station de broyage de Laâyoune, au potentiel productif de 200 KT/an. Sur ce même registre, LHM entreprend la construction d'une nouvelle usine à Nomayos, près de Yaoundé au Cameroun, à travers sa filiale Cimencam.

Toujours dans une perspective de relance, la mise en service à Bouskoura du laboratoire de développement de solutions constructives Smart Construction LAB –SCL, et l’ouverture à Agadir d’un dépôt de vente seraient en mesure de rétablir les comptes du cimentier fruit de la fusion entre le suisse Holcim et le français Lafarge .

Pour le second semestre, le groupe anticipe une amélioration des conditions de marché, ce qui devrait compenser partiellement la baisse enregistrée sur la première moitié de l’année. Ceci pourrait conforter le géant de la cimenterie qui entend poursuivre sa stratégie de différenciation et d’innovation commerciale à travers notamment le lancement de nouveaux produits sur tous les marchés et le développement des offres intégrées sur les routes et les ports.
En outre, LMH entend consolider sa présence sur les grands chantiers d’infrastructures dans le royaume. Il s’agit du démarrage du chantier du port Nador West Med et de la trémie de Casablanca, ce qui va de pair avec sa position dans le Sud caractérisée par la progression des volumes vendus de la nouvelle station de broyage de Laâyoune.

(Avec MAP)

Tags
Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss