essentiel

Al Adl Wal Ihssane persona non grata à la prochaine manifestation de soutien au Hirak

Al Adl Wal Ihssane persona non grata à la prochaine manifestation de soutien au Hirak
octobre 02
17:52 2017
Partager

A la demande de la FGD, la Jamaâ ne participera pas aux côtés des partis et organisations de gauche à la manifestation de soutien au Hirak qui aura lieu le 8 octobre prochain.

Le 11 juin dernier, organisations de gauche et Adl Wal Ihssane (AWI) avaient défilé ensemble au cours d’une manifestation monstre en soutien au Hirak. Quatre mois plus tard, des militants de gauche ont lancé un nouvel appel à manifester, toujours en soutien aux détenus du mouvement de contestation dans le Rif, mais cette fois-ci sans l’appui de la Jamâa. Une décision prise à la demande de la Fédération de gauche démocratique (FGD) qui réunit le PSU, le PADS et le CNI. "Nous n'avons jamais refusé la participation d’Al Adl Wal Ihssan à cette manifestation, mais la FGD refuse que la Jamaâ appelle à manifester à nos côtés," nous précise Omar Zeroual, secrétaire national de la chabiba de la Voie démocratique et membre organisateur de la manifestation. "Au sein de notre parti, nous n’avons aucun problème à ce qu’Al Adl soit membre appelant à manifester, la question du soutien au Hirak est au dessus des considérations politiques," déclare Zeroual.

Contacté par Telquel.ma, Hassan Bennajeh, cadre et communiquant de l’organisation islamique, réagit. "C’est la partie appelant à manifester qui refuse notre participation.  Nous respectons cette décision et nous n’allons pas chercher à nous imposer," nous déclare-t-il. "Cette tentative d’essouffler un élan de solidarité n’est pas opportun et ne peut que servir les intérêts du Makhzen. Et si Al Adl Wal Ihssane ne manifeste pas dimanche, il existe d'autres moyens de manifester notre solidarité au Hirak," estime Bennajah, sans nous donner de plus amples détails.

Lire aussi : La FGD rompt toute "coordination" et "alliance" avec Al Adl Wal Ihssane

Une semaine après la tenue de la manifestation du 11 juin, une note interne de la FGD a été adressée aux bureaux locaux, régionaux et provinciaux, ainsi qu'à l'ensemble des membres de la fédération. Le bureau exécutif de la FGD expliquait que "la fédération est attachée à son projet politique qui rompt avec les orientations d'intégrisme makhzenien et religieux. Les militant(e)s devront ainsi respecter les choix d'alliance de notre formation. Et de ce fait, il n'y a pas d'alliance avec les ennemis de la démocratie que ce soit à des fins tactiques, ou de manière périodique". Une allusion à peine voilée à la Jamâa. Et si AWI est mis à l’écart de l’organisation de cette manifestation, d’autres organismes politiques, syndicaux et associatifs seront présents. Aux  partis de gauche et à leurs chabibas (FGD et la Voie démocratique) viendront s'ajouter la Confédération Démocratique du Travail (CDT), l’Association Marocaine des Droits de l’Homme (AMDH), la chabiba de l’Union Marocaine du Travail (UMT), l’Association nationale des diplômés chômeurs ou encore le mouvement amazigh Tawada.

Lire aussi: Hirak: un million de manifestants à la marche de Rabat, selon Al Adl

Lire aussi: Pourquoi Al Adl et la FGD veulent manifester pour le Hirak

Tags
Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss