Monde

Le pronostic vital de Boris Faure, blessé à coup de casque par M'jid El Guerrab, était "engagé"

Boris Faure, blessé par M'jid El Guerrab, s'exprime pour la première fois au micro de Léa Salamé. Crédit : Capture d'écran / France Inter
Le pronostic vital de Boris Faure, blessé à coup de casque par M'jid El Guerrab, était "engagé"
septembre 13
12:38 2017
Partager

"Il n'y a eu dans ma bouche aucune insulte", assure le socialiste Boris Faure, qui s'exprimait pour la première fois depuis sa violente altercation avec M'jid El Guerrab sur la radio France Inter.

Boris Faure était l'invité de Léa Salamé sur la radio française France Inter ce mercredi matin. Le socialiste français a raconté son altercation le 30 août avec M'jid El Guerrab qui l'a frappé de deux coups de casque de scooters.

Il s'agit de la première sortie médiatique de Boris Faure qui assure que son "état de santé commence tout juste à le permettre". En effet, il avait été immédiatement hospitalisé après sa dispute avec El Guerrab

Je connais M'jid El Guerrab depuis trois ans. Nous avions eu des relations de bonne camaraderie et il y a eu des tensions pendant la campagne. Je l'aborde et je me retrouve à terre, en sang, avec 2 coups de casques. Je me suis retrouvé à l’hôpital. Là je suis tombé inconscient, il y avait une hémorragie cérébrale, le pronostic vital était engagé, et j'ai passé 4 jours en réanimation. Heureusement, je sors de cet état-là. Ce matin je me sens affaibli, j'ai une oreille qui entend mal, je n'ai pas encore 100% de mes capacités.

"Je m’excuse pour la violence du geste. Et d’ailleurs, je condamne toute forme de violence, car en dépit des paroles et insultes proférées, la violence n’est jamais la réaction appropriée (...) Je regrette d’avoir cédé à la provocation", avait déclaré à l'AFP M'jid El Guerrab après l'altercation.

À l'issue de sa garde à vue le 2 septembre, le député a été mis en examen pour "violences volontaires", selon son avocat Yacine Yakouti. "Le parquet de Paris a décidé d'ouvrir une enquête confiée à un juge d'instruction puisqu'il y a violences réciproques", nous assure-t-il. L'enquête est en cours, mais l'avocat n'a pas de visibilité quant à l'agenda, qui est entre les mains du juge d'instruction.

"Une plainte a aussi été déposée pour les violences de Boris Faure à l'encontre de M'jid El Guerrab, ainsi qu'une plainte pour harcèlement", poursuit le juriste.

D'après son avocat, M'jid El Guerrab a réagi à une agression physique de Boris Faure. Selon le magazine français Marianne qui a dévoilé l'affaire, le député franco-marocain aurait surtout réagi à des insultes. Un témoin cité par l'hebdomadaire le jour de l'agression expliquait : "Il a dit 'sale arabe', tout le monde a entendu". Ce que Boris Faure nie:

Il n'y a eu dans ma bouche aucune insulte raciste, aucune insulte tout court. Je suis un militant antiraciste. C'est un mensonge éhonté. La deuxième agression, encore plus violente, c'est l'agression de la diffamation. Quand il commence à parler dans la presse, je suis à l’hôpital dans l’impossibilité de me défendre. Il aurait pu s'abstenir.

Lire aussi : Insulté, M’jid El Guerrab envoie un adversaire politique à l’hôpital à coups de casque de scooter

M'jid El Guerrab avait annoncé le 5 septembre sa démission du parti La République en Marche (LREM) dans un communiqué. "Pour ne pas entraver le travail de la majorité parlementaire, et afin d'assurer ma défense de la manière la plus sereine possible, j'ai décidé de soumettre ma démission du mouvement La République en Marche aux membres du Conseil d'Administration", avait-il écrit.

Boris Faure était l’homme qui dirigeait la campagne de son adversaire socialiste lors des législatives. Durant la campagne, le cadre du PS avait accusé Mj'id El Guerrab par voie de presse d’avoir rejoint le mouvement d’Emmanuel Macron, élu à la présidence en mai dernier, par "opportunisme".

Tags
Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss