essentiel

Irma: "scène d'horreur" dans les Caraïbes, la République dominicaine menacée

Crédit: AFP
Irma: "scène d'horreur" dans les Caraïbes, la République dominicaine menacée
septembre 07
10:36 2017
Partager

"Scène d'horreur", "cauchemar", "paysage apocalyptique": les secours s'organisaient jeudi dans les îles caribéennes de Saint-Martin et Saint-Barthélemy, totalement ravagées par Irma, ouragan d'une violence inédite qui a fait neuf morts et menaçait désormais la République dominicaine.

Le cyclone monstre a fait "huit morts et 21 blessés" dans la partie française de l'île franco-néerlandaise de Saint-Martin, selon les secours français. Un neuvième mort a été recensé sur l'île voisine de Barbuda, 1.600 habitants, "totalement dévastée" selon Gaston Browne, le Premier ministre d'Antigua-et-Barbuda, territoire indépendant.

Du côté néerlandais de Saint-Martin, on ne déplore aucun mort mais l'ouragan a fait "des dégâts énormes", notamment à l'aéroport et au port, rendant l'île "coupée du monde", selon le Premier ministre néerlandais Mark Rutte. Irma a laissé une véritable décharge à ciel ouvert dans le nord des Antilles, en particulier à Saint-Martin, "détruite à 95%" pour ce qui est du côté français, d'après le président du conseil territorial français, Daniel Gibbs.

Sur cette île de quelque 70.000 habitants, des témoins évoquent un "paysage apocalyptique". "Nous étions face à un phénomène d'une ampleur inégalée", a déclaré un journaliste d'Outre-mer 1ere, Steve Prudent. "Tout ce qui n'avait pas un minimum de solidité n'existe plus", a-t-il ajouté. "C'est un cauchemar", a confirmé une autre journaliste de Guadeloupe 1ere.

"Des montagnes de débris jonchent les rues. Nous n'avons pas d'électricité ni d'essence", a témoigné auprès de la télévision RTL Paul Windt, responsable du quotidien local Daily Herald dans la partie néerlandaise de Saint-Martin.

A Saint-Barthélemy, île française voisine de 10.000 habitants, "tout est cassé. C'est terrible, c'est une scène d'horreur", a raconté au téléphone sur BFMTV Kevin.

"Les destructions sont massives", a reconnu jeudi le ministre français de l'Intérieur Gérard Collomb, tandis que le président français, Emmanuel Macron, a annoncé qu'il se rendrait "dès que possible" dans les zones touchées.

"Dans les coins les plus reculés, on peut toujours trouver un certain nombre de victimes", a averti M. Collomb.

"La situation est dramatique", a confirmé le préfet de la Guadeloupe Eric Maire. Les deux îles sont sans eau potable, sans électricité, les bâtiments publics inutilisables, les maisons détruites, les arbres arrachés et les services de secours eux-mêmes dévastés.

La ministre française des Outre-mer, Annick Girardin, est arrivée jeudi matin sur l'île française de la Guadeloupe - dont dépend administrativement Saint-Martin- avec des "renforts humains et matériels" de près de deux cents personnels de secours, militaires, pompiers, médecins...

La ministre s'est félicitée qu'une partie de la piste de l'aéroport de Saint-Martin, côté français, ait pu être rouverte, ce qui permettra l'arrivée prochaine d'un avion militaire de reconnaissance.

"Nous sommes passés de la phase de sidération à une phase d'action", a résumé M. Collomb, en affirmant que les efforts "pendant les prochaines heures" porteraient sur l'approvisionnement en eau et en nourriture, dont "100.000 rations de combat", "pour que les gens puissent continuer à s'alimenter".

Un pont aérien devrait être mis en place dès ce jeudi entre Saint-Martin et la Guadeloupe, selon Mme Girardin, qui a également annoncé l'envoi par voie maritime de renforts et de réserves d'eau et de matériel de secours.

Irma, ouragan de catégorie 5, a frôlé dans la nuit de mercredi à jeudi la côte nord du territoire américain de Porto Rico, se déplaçant à la vitesse de 26 km/h vers l'ouest et la République dominicaine.

"On aurait dit qu'il y avait des fantômes chez moi", a témoigné Blanca Santiago, employée dans un hôtel de la capitale San Juan.

En République dominicaine, le gouvernement a ordonné de premières évacuations sur les zones littorales, même si l'oeil du cyclone ne devrait a priori pas toucher l'île selon l'Office national de météo (Onamet).

Selon le National hurricane center (NHC) américain, Irma devrait ensuite progresser vers Cuba, puis la Floride, qu'il devrait toucher en toute fin de semaine.

Le président américain Donald Trump a placé les îles Vierges américaines, Porto Rico et la Floride en état d'alerte. L'évacuation des Keys, chapelet d'îles dans l'extrême sud de l'Etat, a été ordonnée. L'état d'alerte a été déclaré à Cuba.

En Haïti, les habitants du nord de l'île semblaient eux apprendre l'arrivée de l'ouragan au gré des conversations. "Aucune autorité n'est venue nous dire quoi que ce soit", enrageait Josué Rosse.

Irma "est d'ores et déjà un ouragan historique", selon Météo-France. Il est plus puissant qu'Harvey, qui a fait 42 morts au moins et ravagé le Texas et la Louisiane.

Un surfeur de 16 ans qui voulait profiter des vagues bien formées sur le littoral de l'île de la Barbade, relativement éloignée du passage d'Irma, est décédé mercredi.

Tags
Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss