Maroc

15 manifestants du Hirak écopent de peines de quatre mois à un an de prison

Manifestation du 20 juillet à Al Hoceima Crédit : Yassin Toumi
15 manifestants du Hirak écopent de peines de quatre mois à un an de prison
août 01
12:25 2017
Partager

Le tribunal de première instance d'Al Hoceima a jugé ce lundi 20 personnes arrêtées en marge de la manifestation du 20 juillet. Cinq d'entre elles ont été relaxées ou graciées.

Rachid Belaali, coordinateur de la défense des détenus du Hirak, nous apprend que le tribunal de première instance d'Al Hoceima a prononcé la nuit dernière des peines allant de quatre mois de prison avec sursis à une année de prison ferme contre 15 militants du Hirak arrêtés le 20 juillet.

Ces personnes ont été condamnées dans le cadre de 3 affaires où 20 accusés au total étaient poursuivis pour "jets de pierres contre les forces de l’ordre", "regroupement armé", et "organisation d’une manifestation non autorisée".

Dans un premier dossier concernant 13 personnes, trois accusés ont été condamnés à une année de prison ferme, trois ont écopé de huit mois de prison ferme et trois autres ont été condamnés à six mois de prison de ferme. Les quatre derniers prévenus poursuivis dans cette affaire ont écopé de quatre mois de prison avec sursis, nous précise Rachid Belaali.

Dans le cadre d’un deuxième dossier où cinq personnes comparaissaient devant la justice, quatre individus ont été relaxés tandis qu’une cinquième personne a bénéficié de la grâce royale. Dans le troisième et dernier dossier examiné par le tribunal d’Al Hoceima, deux personnes ont écopé de quatre mois de prison avec sursis.

En marge du procès en première instance des militants du Hirak arrêtés le 20 juillet, la cour d’appel d’Al Hoceima s’est prononcée sur sept dossiers concernant 16 militants du mouvement de contestation du Rif arrêtés au mois de juin. Deux accusés ont bénéficié de la grâce royale et trois ont été relaxés.

Les onze accusés restants ont été condamnés à quatre mois de prison ferme à un an de prison ferme. "Toutes les peines ont été revues à la baisse sauf pour une seule personne qui a écopé de trois mois de prison ferme en première instance et de 10 mois fermes en appel", nous précise le coordinateur de la défense. Ils étaient poursuivis sous les mêmes chefs d'accusation que les militants arrêtés le 20 juillet.

Tags
Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss