Maroc

Les sections du PJD, de l'USFP et de Istiqlal à Al Hoceima soutiennent les manifestants

(Photo archive) Crédit : Yassine Toumi / TELQUEL
Les sections du PJD, de l'USFP et de Istiqlal à Al Hoceima soutiennent les manifestants
mai 17
17:43 2017
Partager

Les sections locales du PJD, de l'USFP et de l'Istiqlal à Al Hoceima ont rejeté la récente sortie des partis de la majorité accusant les manifestants rifains d'être instrumentalisés et de nourrir des velléités séparatistes.

À l'issue d'une réunion des secrétariats provinciaux du Parti de la justice et du développement (PJD), de l'Union socialiste des forces populaires (USFP), et du parti de l'Istiqlal, mardi 16 mai au siège du parti à la balance à Al Hoceima, un communiqué conjoint qualifie les dernières déclarations des partis de la majorité à l'encontre des manifestants rifains de "dangereuses". Une sortie critique, alors qu'au niveau national deux de ces partis (PJD et USFP) figurent parmi les signataires de la déclaration de la majorité.

Lire aussi : Les partis de la majorité dénoncent l'"instrumentalisation" des manifestations d'Al Hoceima

Les chefs de partis de la majorité avaient dénoncé après leur réunion avec le ministre de l'Intérieur Abdelouafi Laftit le 14 mai, une "instrumentalisation par des parties étrangères" des manifestations qui persistent depuis le décès tragique de Mouhcine Fikri en octobre 2016. Les partis de la majorité avaient également accusé une partie des manifestants d'avoir exprimé "des revendications ayant un caractère séparatiste".

Dans leur communication, les représentations du PJD, de l'USFP et de l'Istiqlal à Al Hoceima rejettent "les déclarations de la majorité gouvernementale accusant les enfants de la région de séparatisme". Ils reviennent aussi sur les accusations de "financements étrangers pour déstabiliser le pays". Les représentants locaux du PJD, de l'USFP et de l'IStiqlal demandent au ministre de l'Intérieur de "dévoiler les preuves dont il dispose pour confirmer l'existence de tendances séparatistes dans le Rif, et de préciser les parties étrangères qui financent le mouvement social".

Ils vont jusqu'à demander au gouvernement de "présenter des excuses officielles" pour ses "déclarations dangereuses et fausses à l'encontre des enfants du Rif". Les sections locales appellent à renforcer "l'esprit du dialogue" et "agir avec sagesse pour trouver des solutions logiques et raisonnables aux revendications sociales" du mouvement contestataire à Al Hoceima.

Cette sortie survient à la veille d'une "grève générale" prévue le 18 mai et convoquée par le mouvement contestataire à Al Hoceima. Une manifestation est aussi prévue en fin de journée.

Lire aussi : Les contestataires d'Al Hoceima défient les partis de la majorité par un appel à manifester

Tags
Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss