essentiel

Au Maroc, les convertis au christianisme sortent de l'ombre

mai 01
10:24 2017
Partager

Vivant dans l'illégalité, pratiquant leur culte dans la clandestinité, les Marocains convertis au christianisme revendiquent désormais leur droit de vivre leur foi au grand jour.

Dans un appartement d'un quartier populaire d'Agadir, des hymnes liturgiques jaillissent d'une chaîne hi-fi sous un crucifix d'argent accroché au mur: "Je suis Marocain avant d'être chrétien", souffle Rachid, la quarantaine, qui accueille dans son salon une dizaine de convertis pour un "après-midi de prières".

Issu d'une famille adepte du soufisme, une tradition ésotérique de l'islam, ce pasteur protestant a embrassé la foi chrétienne en 2004. "Enfant, mon père m'obligeait à aller à la confrérie soufie. Mais je ne m'y retrouvais pas", raconte à l'AFP ce père de deux enfants.

C'est adolescent qu'il commence à s'intéresser au christianisme. Depuis un cyber-café, il entre en contact avec un site qui "prêche la parole de Dieu" et lui fait parvenir une bible. "Je l'ai lue intégralement, étudié la parole de Dieu, suivi des formations. (...) A l'âge de 24 ans, j'ai été baptisé dans un appartement à Casablanca", confie-t-il.

Assis à ses côtés, Mustapha, 46 ans, s'est converti en 1994 pour "remplir un vide spirituel". Ce fonctionnaire, petit-fils d'un religieux musulman de Taroudant, près d'Agadir, a été durant sa jeunesse membre actif du mouvement islamiste Justice et bienfaisance.

"Lassé par les contradictions de l'islam, je me suis intéressé au christianisme en échangeant une correspondance assidue avec un centre religieux en Espagne". Puis "j'ai franchi le pas", se souvient Mustapha, lui aussi pasteur "diplômé par correspondance des États-Unis". Il a vécu secrètement sa foi jusqu'à il y a un an et demi, quand il diffuse sur internet une vidéo dans laquelle il parle à visage découvert de sa conversion. La réaction est immédiate: "des proches m'ont tourné le dos, j'ai été mis au placard au travail. Mes enfants ont été harcelés à l'école", déplore-t-il.

Rachid (à gauche) et Mustapha (au milieu) conduisent les prières dans cette maison à Aït Melloul. Crédit: Fadel Senna/AFP

Rachid (à gauche) et Mustapha (au milieu) conduisent les prières dans cette maison à Aït Melloul. Crédit: Fadel Senna/AFP

Pour vivre leur foi au grand jour, Mustapha, Rachid, et d'autres, regroupés au sein d'une "Coordination nationale", ont saisi début avril le Conseil national des droits de l'Homme (CNDH) pour demander "la fin de la persécution" contre leur petite communauté.

"Nous revendiquons le droit de choisir des prénoms chrétiens pour nos enfants, de prier dans les églises, d'être inhumés dans des cimetières chrétiens, de nous marier selon notre religion", énumère Mustapha, également porte-parole de la Coordination. Aucun chiffre officiel n'existe sur le nombre de convertis marocains, estimés entre 2.000 et 6.000 par le Département d'État américain. Concentrés entre Marrakech et Agadir, ils sont principalement protestants -baptistes et évangéliques-, d'après les témoignages recueillis par l'AFP.

Crédit: Fadel Senna/AFP

Crédit: Fadel Senna/AFP

Le christianisme, un "danger"? 

Si le fait de renoncer à l'islam n'est pas explicitement mentionné dans le code pénal, les convertis risquent la prison s'ils sont soupçonnés d'"ébranler la foi d'un musulman ou de le convertir à une autre religion". Ces dernières années, plusieurs cas d'arrestations pour prosélytisme ont défrayé la chronique.

"Le sujet est ultra-sensible car il renvoie à l'histoire de la colonisation et à l'idée selon laquelle le christianisme constituerait un danger pour l'unité du Maroc", décrypte pour l'AFP un sociologue des religions. Mais les lignes bougent: "les arrestations ont presque cessé, c'est un grand pas! Les actes de harcèlement sont devenus rares, et restent le fait de la société", observe Rachid. Sorti de la clandestinité, il "vit normalement sa religion dans un quartier populaire au vu et au su de ses voisins musulmans". "Le pays a fait de nombreuses avancées en matière de droits de l'Homme", estime Mustapha, qui loue l'action du roi en faveur du "vivre-ensemble".

Le "code pénal, les partis politiques et la société n'ont cependant pas suivi", regrette-t-il, pointant une société "schizophrène, pleine de paradoxes, où beaucoup adoptent un mode de vie sécularisé, mais "se crispent dès qu'on parle de conversion".

Par Hamza Mekouar/ Vidéo: Hicham Rafih/ Photo: Fadel Senna (AFP)

Les Chrétiens vivant au Maroc sont en majorité subsahariens

Les chrétiens fréquentant des lieux de culte au Maroc sont en grande partie originaires d'Afrique subsaharienne et ne dépassent pas les 20.000 dans le royaume, où les 34 millions d'habitants sont très majoritairement musulmans. Les deux tiers de ces chrétiens sont catholiques et un tiers protestants, selon un universitaire et spécialiste des religions au Maroc, interrogé par l'AFP.

Une soixantaine lieux de culte chrétiens sont officiellement recensés au royaume, dont une quarantaine catholiques, douze protestants et quelques orthodoxes. Plus de 90% des chrétiens vivant aujourd'hui au Maroc sont originaires d'Afrique subsaharienne, selon l'universitaire. Les Européens, expatriés ou descendants de pieds noirs, sont donc très minoritaires.

Si les Marocains convertis au christianisme, estimés entre 2.000 et 6.000 selon un rapport du département d'État américain, doivent souvent vivre leur foi discrètement, les chrétiens étrangers jouissent d'une totale liberté et sont protégés par les autorités. A condition de ne pas faire de prosélytisme, que la loi condamne d'une peine d'emprisonnement de trois ans.

La presse locale fait souvent état d'une présence missionnaire étrangère, principalement de protestants américains ou européens. En revanche, il y aurait peu de prosélytes chez les catholiques au Maroc. La dynamique migratoire qu'a connue le pays ces deux dernières décennies, avec l'arrivée de plus en plus importante de chrétiens subsahariens a revigoré les lieux de culte chrétiens, jusque-là peu fréquentés.

Certaines églises longtemps restées fermées ont même rouvert leurs portes pour accueillir les nombreux étudiants africains. Depuis une dizaine d'années sont apparues dans les quartiers périphériques de Casablanca ou Rabat des "églises de maison" fréquentées exclusivement par les migrants africains.

Selon la Constitution, l'"Islam est la religion de l'État, qui garantit à tous le libre exercice des cultes". Les minorités religieuses du pays que sont les chrétiens, les juifs, les baha'is et les chiites, représentent moins de 1% de la population, qui reste majoritairement musulmane sunnite de rite malékite.

Aucun chiffre n'est disponible sur le nombre d'athées au royaume, dont certains revendiquent le droit de rompre publiquement le jeûne durant le mois du ramadan sans risquer d'être arrêtés et poursuivis.

Jusqu'à la fin des années 1950, le Maroc comptait une importante communauté juive, d'environ 250.000 personnes. Mais ce nombre n'a cessé de diminuer avec des vagues de départs vers Israël et la France, et ils ne seraient plus que 2.500 juifs marocains à vivre encore dans le pays

Tags
Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss