essentiel

Une journaliste de Medi1TV suspendue pour une "erreur" sur le Sahara

Crédit : Facebook/Hicham Abderahim.
Une journaliste de Medi1TV suspendue pour une "erreur" sur le Sahara
avril 25
17:42 2017
Partager

La tranche d’information "Afrique Soir" animée par Soumaya Derhourhi a été suspendue par Medi1TV. La journaliste a attribué le 21 avril la phrase "cause indépendantiste au Sahara occidental" au ministère des Affaires étrangères.

Dans son communiqué publié le 23 avril, Medi1TV  annonce des mesures administratives "rigoureuses" à l'encontre de Soumaya Derhourhi, la responsable de la production et de la présentation de l'émission "Afrique Soir". Lors de l'émission du 21 avril, "toute une phrase parlant de 'cause indépendantiste au Sahara occidental' a été attribuée expressément au ministère marocain des Affaires étrangères", explique Omar Dahbi, directeur central des rédactions de Medi1TV. "Professionnellement, il est inacceptable de commettre une telle erreur", commente-t-il dans un texte de précision envoyé à Telquel.ma et publié dans son intégralité à la suite du présent article.

"Ce fut une erreur professionnelle que d’attribuer une citation à un ministère notamment sur une affaire aussi importante pour l’ensemble des Marocains, mais nul n’accuse Mme Derhouri d’avoir agi de manière préméditée", explique Omar Dahbi qui a suspendu la présentatrice de l'émission. Contactée par Telquel.ma, Soumaya Derhourhi nous a confié avoir appris cette décision par voie de communiqué. Elle ne s'est pas rendue à son travail le 24 avril.

Audit interne

Cette suspension a été décidée par la direction de la chaîne qui entend prendre "le temps de mener un audit interne pour déterminer les circonstances dans lesquelles cette erreur a été commise sur antenne", explique encore Omar Dahbi. "Et 'audit' signifie aussi mettre la lumière sur les éventuelles failles techniques ou humaines qui auraient pu engendrer une telle erreur", ajoute-t-il. La présentatrice a expliqué à nos confrères du site le360.ma qu'elle préférait attendre avant d'agir et qu'elle avait "l'intention de faire des révélations sur les conditions de travail au sein de la chaîne".

"Certes, Mme Derhourhi ayant elle-même rédigé le texte concerné assume clairement une part de la responsabilité, mais, comme elle l’a évoqué elle-même, le travail sous pression pendant les jours ayant précédé le lancement et les jours qui ont suivi auraient conduit à une telle erreur", poursuit Omar Dahbi.

"Nous nous efforçons de déterminer toutes ces circonstances afin d’éviter que cela ne se reproduise", ajoute-t-il précisant qu'il faut tout mettre en oeuvre pour réduire "le risque du direct".

Soumaya Derhourhi, spécialiste du Sahara

Ancienne journaliste à 2M, Soumaya Derhourhi a réalisé pour Medi1TV plusieurs documentaires sur le Sahara. Khalid Modaffar, chargé de communication de l'Agence pour la promotion et le développement économique et social des provinces du Sud (APDS), rappelle sur Facebook les projets qu'elle a portés, notamment "Mourassiliun mina lhoudoud", "Assra kharija tarikh ", "Tadkira maftouha ila kouba", ou encore "Chouhadaa Al Watane". Des documentaires que la journaliste a partagés sur sa page Facebook après la diffusion du communiqué de Medi1 TV annonçant sa suspension.

"Soumaya est la seule à Medi1TV à travailler sur le dossier du Sahara. Elle connaît très bien le sujet", nous confie l'un de ses amis qui mentionne son professionnalisme sur la question. Omar Dahbi rappelle qu'"à aucun responsable hiérarchique de la chaîne n’a mis en doute l’attachement de Mme Derhourhi aux valeurs de la Nation marocaine, dont l’intégrité territoriale du royaume". "Mme Derhourhi est une grande journaliste qui a tout mon respect professionnel et mon estime personnelle", ajoute-t-il.

Sur Facebook, Bouchra Chakir, journaliste de l'agence de presse Presma, a aussi fait part de son soutien à sa consœur. "Soumaya, tout comme moi et comme d'autres, est une vraie patriotique, d'autant plus que nous tous avons vu et suivi les émissions sur Medi1TV qui traitent de notre dossier national et des sujets auxquels personne auparavant n'osait toucher". Des dizaines de messages de la sorte se sont multipliés sur la page Facebook de la journaliste de Medi1TV.

Précisions d'Omar Dahbi, directeur central des rédactions de Medi1TV, communiquées à Telquel.ma

Suite à tout ce qui a été publié ces derniers jours dans certains sites et dans les réseaux sociaux, je tiens à préciser qu’il n’y a pas eu de sanction à l’encontre de Mme Soumiya Derhourhi. Il y a eu une suspension de la présentation de la tranche d’information " Afrique-Soir " le temps de mener un audit interne pour déterminer les circonstances dans lesquelles cette erreur a été commise sur antenne. Mme Derhourhi a personnellement indiqué que le contexte de surcharge et de la pression du travail sont des éléments qui ont participé à cette erreur d’inattention. Certes, Mme Derhourhi ayant elle-même rédigé le texte concerné assume clairement une part de la responsabilité, mais, comme elle l’a invoqué, elle-même, le travail sous pression pendant les jours ayant précédé le lancement et les jours qui ont suivi auraient conduit à une telle erreur. Nous nous efforçons de déterminer toutes ces circonstances afin d’éviter que cela ne se reproduise. Le risque du direct est un fait que l’on prend toujours en considération. Il existe dans toutes les chaînes de télévision du monde, mais notre rôle à tous est de le réduire au minimum vu que le zéro-risque n’existe pas.

Je dois aussi apporter une précision : l’erreur qui s’est produite a été d’une certaine façon mal relayée dans les médias. En fait, il ne s’agit pas seulement d’avoir qualifié le Sahara de " occidental " au lieu de " marocain ". Le fait est que toute une phrase parlant de " cause indépendantiste au Sahara occidental " a été attribuée expressément au ministère marocain des Affaires étrangères. Professionnellement, il est inacceptable de commettre une telle erreur. Cependant, à aucun moment, et aucun responsable hiérarchique de la chaîne n’a mis en doute l’attachement de Mme Derhourhi aux valeurs de la Nation marocaine dont l’intégrité territoriale du royaume. Mme Derhourhi est une grande journaliste qui a tout mon respect professionnel et mon estime personnelle. L’accuser sur la place publique comme il a été fait dans certains médias ou réseaux sociaux de trahison à la cause marocaine est une attitude méprisable et qui dénote de la mauvaise intention de ses auteurs. Ce fut une erreur professionnelle que d’attribuer une citation à un ministère notamment sur une affaire aussi importante pour l’ensemble des Marocains, mais nul n’accuse Mme Derhouri d’avoir agi de manière préméditée. Toutefois, il y a eu erreur et il est extrêmement important et du devoir de la direction de déterminer les circonstances dans lesquelles elle a été commise. Le communiqué de la chaîne parle d’audit et non pas d’enquête. Et "audit" signifie aussi mettre la lumière sur les éventuelles failles techniques ou humaines qui auraient pu engendrer une telle erreur.

Je voudrais terminer par saluer, par la même occasion, tous les efforts qui ont été déployés par l’ensemble des équipes de la rédaction de Médi1Tv pour la réussite des changements opérées sur sa grille et qui font d’elle la première chaîne d’information faite par des Africains pour l’Afrique et pour le monde. Je salue aussi l’engagement et l’abnégation de Mme Derhourhi qui s’est donnée corps et âme à ce projet aux dépens parfois de ses engagements familiaux pour aboutir à un résultat qui a été salué et applaudi par les téléspectateurs marocains et dans le reste du continent africain.
Le projet de réforme et de développement de Médi1Tv continuera sur sa voie et ne se laissera point déstabiliser par des erreurs de parcours ni par ceux qui désirent freiner un projet aussi ambitieux que patriote".

Tags
Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss