Culture

Mashrou'Leila: "Faire la même musique pendant dix ans serait horrible et ennuyeux"

De gauche à droite : Carl Gerges, Haig Papazian, Firas Abou Fakher, Ibrahim Badr et Hamed Sinno. Crédit : Yassine Toumi
Mashrou'Leila: "Faire la même musique pendant dix ans serait horrible et ennuyeux"
avril 22
09:47 2017
Partager

À l'occasion de leur deuxième passage au Maroc, deux ans après la sortie de leur quatrième album Ibn El Leil, les cinq membres du groupe Mashrou'Leila répondent aux questions de Telquel.ma.

Depuis leur formation en 2008 alors qu'ils étaient encore sur les bancs de l'Université américaine de Beyrouth, Mashrou'Leila est devenu un véritable phénomène de la scène musicale alternative dans le monde arabe. Aujourd'hui, leur succès dépasse largement le monde arabe et ils se produisent régulièrement en Europe et en Amérique du Nord.

Pour leur deuxième fois au Maroc, Mashrou' Leila se produit à Casablanca et Rabat les 21 et 22 avril, l'occasion de revenir avec les membres du groupe sur l'évolution de leur carrière et de leur musique.

Telquel.ma : Ça fait presque 10 ans que Mashrou' Leila existe, quel regard portez-vous sur votre carrière ?

Hamed Sinno : On n'y pense pas vraiment. On sent qu'il y a tellement de choses à faire maintenant et pour l'avenir qu'on n'a pas vraiment le temps d'y réfléchir.

Et est-ce que vous avez l'impression que vous avez exposé une scène arabe alternative à une audience plus large ?

HS: Non, pas vraiment. L'histoire de la musique indépendante, au Liban en particulier, est vraiment très intéressante, il y a beaucoup de choses qui existaient avant nous. La seule différence, c'est qu'il y a Internet qui nous a aidés à atteindre un public beaucoup plus large.

Carl Gerges : Quand on a été programmés au Festival de Byblos en 2008, nous n'avons réussi à montrer qu'un groupe de musique libanais. C'était la première fois qu'un groupe libanais indépendant avait un spot approprié dans un festival de musique au Liban.

Votre musique a changé depuis 2008, à quoi cela est-il dû ? Un public différent, votre propre évolution ?

HS: Quand on va en studio, on ne réfléchit pas à ce que les gens veulent écouter. Mais il est vrai que pour les trois premiers albums, il y a eu une vraie évolution, même dans les thèmes. Et puis nous sommes des personnes différentes d'il y a 9 ans, nos influences musicales ont changé. Je pense ça serait horrible d'imaginer un groupe faire la même musique pendant dix ans. Ça a l'air horrible et ennuyeux. Mais notre évolution n'a rien à voir avec notre public, surtout notre quatrième album (Ibn El Leil).

CG: Cet album était un peu risqué, quand on l'a sorti nous étions un peu inquiets de la réaction du public. C'était une vraie évolution. D'autant que pour les trois premiers albums, nous avons d'abord testé la réaction du public en live et on a fait des ajustements. Pour celui-là, on est allés en studio, on a enregistré, et on l'a sorti.

Comment est-ce que vous expliquez que votre musique soit également très écoutée dans des pays non arabophones, où vous avez un grand succès ?

HS: Je ne pense pas que la musique soit simplement liée aux paroles. C'est là que ça devient intéressant, si vous regardez les gens qui comprennent ce que l'on dit dans nos chansons, ils apprécient sans doute moins le groupe. Notre musique, ce n'est pas simplement des paroles, c'est aussi cinq êtres humains sur scène, une performance, les visuels, d'autres moyens de communiquer. Toutes ces choses en dehors de la musique sont importantes.

C'est votre deuxième fois au Maroc, avez-vous eu l'occasion de découvrir un peu la scène alternative marocaine ?

HS: On a beaucoup écouté Oum El Ghait récemment, on a également eu l'occasion de faire une collaboration avec Hindi Zahra, qui est une amie d'ailleurs.

Tags
Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss