essentiel

Terrorisme: Khiame se met à dos la presse algérienne

Abdelhak Khiame. Crédit : Yassine Toumi.
Terrorisme: Khiame se met à dos la presse algérienne
avril 17
11:42 2017
Partager

Les dernières déclarations du patron du Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ), Abdelhak El Khiame sur le manque de coopération entre le Maroc et l'Algérie dans le domaine de la lutte antiterroriste n’ont pas été du goût de la presse algérienne.

La sortie de Abdelhak El Khiame, le 15 avril  sur France 24, critiquant le manque de collaboration de l’Algérie dans la lutte antiterroriste, n’a pas été du goût de la presse algérienne.«Tout sur l’Algérie», premier média digital, ouvre le feu contre le patron du BCIJ ce 17 avril. "Bien qu’elles ne surprennent pas de la part du Maroc, ces insinuations demeurent extrêmement graves. En répétant sans cesse que l’Algérie ne coopère pas avec son pays dans la lutte antiterroriste, El Khiame accuse indirectement le pouvoir algérien d’entretenir des relations ambiguës avec le terrorisme", écrit TSA.

Lire aussi: Abdelhak Khiame: . « Environ 100 séparatistes ont rejoint Daech»

Mais il y a un autre aspect dans les déclarations d’El Khiame qui agace à Alger: le lien établi par le patron du BCIJ entre le Polisario et Daech. Sur France 24, Abdelhak El Khiame avait en effet déclaré qu’une centaine de miliciens du Polisario ont rejoint les rangs de l’organisation d’Al Baghdadi dans la région sahélo-saharienne. TSA accuse le patron du BCIJ de lancer de telles accusations sans apporter le moindre début de preuve.

Ce n’est pas la première fois que le manque de coopération du côté algérien est soulevé par le même responsable sécuritaire. En mars dernier, El Khiame avait déclaré que l’absence de coopération entre le Maroc et l’Algérie constituait "une opportunité pour l’installation d’organisations terroristes dans la région". "L’Algérie refuse de coopérer avec nous. Pourtant, les périls qui menacent aujourd’hui de frapper la région sont transfrontaliers", avait-il encore déclaré en décembre 2016. «El Khiame ne précise pas quelle est la nature de la collaboration désirée, ni sous quelle forme il souhaite la voir se développer entre les deux pays», écrit TSA dans ce qui semble être le début d’un tir groupé de la presse algérienne.

Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss