Monde

Agression sexuelle: Ibrahim Maalouf nie en bloc les accusations des médias

Crédit : Yassine Toumi
Agression sexuelle: Ibrahim Maalouf nie en bloc les accusations des médias
mars 09
15:23 2017
Partager

Le trompettiste Ibrahim Maalouf, soupçonné d'agression sexuelle, dénonce la diffusion de "fausses informations" par la presse. Il prévoit d'engager des poursuites pour diffamation.

Le post Facebook d'Ibrahim Maalouf a déjà reçu plus de 15.000 likes et a été partagé 7.000 fois. Le musicien franco-libanais dénonce le 9 mars la diffusion de "fausses informations extrêmement préjudiciables qui ont été délibérément diffusées dans le seul but de me décrire comme un prédateur sexuel".

Le musicien est mis en cause par une enquête du parquet de Créteil (Val-de-Marne) pour avoir embrassé une collégienne lors d'un stage en 2013, rapportait le 3 mars l'AFP en citant la procureure en charge du dossier. L'enquête préliminaire a été ouverte après une plainte déposée par les parents de la jeune fille en janvier 2016. Elle a débouché sur le placement en garde à vue d'Ibrahim Maalouf par la police en janvier 2017.

"Il a évoqué un acte unique qu'il a immédiatement regretté", a commenté la procureure. Le quotidien français Le Parisien révèle l'affaire le 3 mars, précisant que le trompettiste aurait également envoyé un SMS à la collégienne lui demandant de se prendre en photo toute nue. Une information qui a été largement relayée dans la presse française et internationale.

Ibrahim Maalouf, qui se dit "en état de choc", nie en bloc ces accusations. "L’information selon laquelle j’aurais admis avoir demandé l’envoi d’une photo de nu est fausse", écrit-il. "Je suis profondément indigné de voir la presse rendre son propre verdict, ignorant de fait, toute présomption d’innocence sur plusieurs éléments qui me sont reprochés", dénonce le musicien. "Il est également absolument honteux de faire croire qu’il y a eu "agression sexuelle", et encore moins, de reconnaissance de ma part de cette supposée agression sexuelle, puisque c’est absolument faux", écrit-il sur Facebook.

Ibrahim Maalouf a décidé d'attaquer la presse. "Je viens de donner l'instruction à mes avocats d'engager une action en diffamation contre les responsables de ce lynchage injuste", annonce-t-il, en lettres capitales, avant de citer le nom de 49 médias.

L'artiste explique que "sa vie quotidienne est devenue un enfer", et entend "rétablir la vérité sur un certain nombre de faits qui ont gravement et peut-être durablement porté atteinte" à sa notoriété. Aux César 2017, Ibrahim Maalouf avait été récompensé pour la musique du film Dans les forêts de Sibérie.

(Avec AFP) 

Tags
Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss
Publicité



×