Maroc

Accords de pêche: Akhannouch appelle "à augmenter la fréquence des rencontres" avec l'UE

Crédit : Aicpress
Accords de pêche: Akhannouch appelle "à augmenter la fréquence des rencontres" avec l'UE
février 16
10:55 2017
Partager

Après ses sorties virulentes contre l'Union européenne au sujet des accords agricoles, Aziz Akhannouch adoucit le ton et appelle à "construire des relations plus fructueuses et plus intenses à l’avenir" en vue de travailler sur "un accord de pêche".

Vers de nouveaux accords de pêche entre le Maroc et l’UE? Suite à sa rencontre, le 15 février, avec le commissaire européen à l’Environnement, aux Affaires maritimes et à la Pêche, Karmenu Vella, Aziz Akhannouch a déclaré que le Maroc et l’Union européenne ont un "accord de pêche sur lequel nous travaillons et on regarde vers l’avenir". Le ministre de l’Agriculture et de la Pêche a également appelé à la construction de "relations plus fructueuses et plus intenses" entre Rabat et Bruxelles. Akhannouch a également précisé que le Maroc et l’UE ont "décidé d'augmenter la fréquence de [leurs] rencontres et de voir le développement et le partenariat pour l'avenir".

Les accords de pêche en vigueur ont été ratifiés en 2014 et prendront fin en 2018. Néanmoins, le présent accord fait l’objet d’une question préjudicielle posée par un juge londonien auprès de la Cour de justice de l’Union européenne qui s’en saisira cette année et devra statuer sur la validité de ces accords à la demande des soutiens du Polisario.

Lire aussi: Pour Akhannouch, c’est à l’UE de régler le "problème" du Polisario avec les accords agricoles

Avec ce discours, le ministre de l'Agriculture change de ton par rapport à ses propos tenus le 14 février lorsqu’il s’exprimait au sujet des accords agricoles. "Il n'est pas normal que l'Europe fasse son commerce librement au Maroc alors que de notre côté, pour chaque kilo de tomates ou de poisson que nous voulons exporter, nous devons nous soucier de si cela sera possible ou pas", avait déclaré Aziz Akhannouch. Il avait ajouté : "l’UE doit assumer ses responsabilités, car nous n'avons pas le temps d'aller chercher les solutions à des problèmes créés de toutes pièces par une tierce partie".

Lire aussi : Accords Maroc-UE: l'heure des choix cornéliens

 

Tags
Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss