essentiel

Abdelhak Khiyame: "J'étais visé (par les terroristes) et je ne crains rien".

Crédit: Rachid Tniouni
Abdelhak Khiyame: "J'étais visé (par les terroristes) et je ne crains rien".
février 01
18:11 2017
Partager

Le directeur du BCIJ, Abdelhak Khiyame, affirme qu'il a été pris pour cible par les terroristes, mais assure n'avoir rien à craindre de ces derniers.

Dans un entretien dont l'intégralité sera publiée le 2 février dans Akhbar Al Yaoum, le directeur du Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ), Abdelhak Khiyame, révèle avoir été personnellement par les cellules terroristes. "Je ne cherche pas à devenir une star. J'étais visé et je ne crains rien. La Salafiya Jihadiya, le groupe lié aux mouvances extrémistes religieuses, avait réclamé ma tête à plusieurs reprises quand je travaillais à la Brigade nationale de la police judiciaire", explique-t-il.

Khiyame rejette catégoriquement les thèses voulant que les cellules démantelées soient le fruit de mises en scène ou d'opérations de filature montées de toutes pièces. "Ceux qui prétendent que nos opérations de démantèlement des cellules terroristes sont du bluff doivent recourir à l'autorité judiciaire. Il y a des procédures judiciaires pour les affaires liées au terrorisme. Il est extrêmement difficile de détecter la préparation d’un attentat, et la rapidité des interventions des policiers aide à avorter ces tentatives", souligne Khiyame.

Selon le responsable sécuritaire, "le terrorisme s'attaque maintenant à l'État, par l'action violente, en commettant des attentats contre des personnalités symboliques qui ont des responsabilités politiques". 

Pour Khiyame, il faut combattre la glorification des actes terroristes. Il affirme être prêt à combattre ce fléau jusque dans sa propre famille. "Si mon fils se trouve soupçonné d’apologie du terrorisme sur Internet, je le punirai. Je suis tellement obsédé par ce sujet que j'ai averti mes enfants sur les contenus illicites sur les réseaux sociaux. Je les avertis de ne pas diffuser ceux faisant l’apologie du terrorisme ou de consulter des sites de propagande", soutient-il.

Le Bureau central d'investigations judiciaires (BCIJ) a mis en échec le 29 janvier un projet terroriste. Une cellule terroriste composée de sept membres s’activant dans plusieurs villes a été démantelée.

Tags
Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss