essentiel

Après le départ en exil de Jammeh, la Gambie attend le nouveau président Barrow

Le président Jammeh à son départ de l'aéroport de Banjul. Crédit: AFP
Après le départ en exil de Jammeh, la Gambie attend le nouveau président Barrow
janvier 22
11:54 2017
Partager

 La Gambie était dans l'attente dimanche de la prochaine arrivée du nouveau président Adama Barrow après le départ en exil du sortant Yahya Jammeh qui, après six semaines de crise, a finalement cédé à la pression militaire et diplomatique de ses voisins ouest-africains.

A Banjul, les manifestations spontanées de joie pour fêter le départ de l'autocrate qui a dirigé le pays d'une main de fer pendant plus de 22 ans se sont estompées dans la nuit, qui a été calme, selon une journaliste de l'AFP. Maintenant, "nous allons attendre Barrow, de l'aéroport jusqu'au palais présidentiel", a affirmé à l'AFP Babacar Jallow, un vigile. "Avant, nous avions peur de sortir" en raison de la répression du régime de M. Jammeh, car "cet homme est un tueur", a-t-il ajouté.

A la demande de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao), Adama Barrow séjourne depuis le 15 janvier à Dakar, où il a prêté serment jeudi dans l'ambassade gambienne. Peu après la prestation de son serment, la Cédéao avait fait entrer des troupes de plusieurs de ses pays en territoire gambien. Ce déploiement avait ensuite été suspendu pour donner des chances à une ultime médiation.

Le départ en exil samedi soir de Yahya Jammeh a été obtenu à l'issue de cette médiation conduite par les présidents mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz et guinéen Alpha Condé, mandatés par la Cédéao (15 pays membres dont la Guinée mais pas la Mauritanie). M. Jammeh, 51 ans, a quitté Banjul le 21 janvier après 21H00 locales (et GMT) à bord d'un jet privé avec M. Condé pour la Guinée, ses proches et collaborateurs ayant voyagé dans un appareil d'une compagnie mauritanienne.

Les deux avions ont fait escale à Conakry, d'où ils sont ensuite partis pour Malabo, en Guinée équatoriale. D'après des sources contactées par un correspondant de l'AFP à Malabo, M. Jammeh et sa suite sont arrivés dans la nuit.

Depuis l'éclatement, le 9 décembre, de la crise née du refus de Yahya Jammeh de céder la place à Adama Barrow, de multiples initiatives avaient été prises pour le faire changer d'avis, notamment par la Cédéao, sans succès. Dans une déclaration commune publiée peu après le départ de de Jammeh, la Cédéao, l'Union africaine et l'ONU ont annoncé garantir ses droits, y compris à revenir dans son pays, saluant sa "bonne volonté" pour parvenir à un dénouement pacifique de la crise.

Les trois organisations veilleront à le soustraire, avec les siens, aux tentatives de "harcèlement" et de "chasse aux sorcières". Elles se portent également garantes des propriétés de l'ex-président, de sa famille, des membres de son régime ou de son parti, selon le texte.

Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss