Culture

Documentaire : quand les casaouis répondent à "chnou houwa al houb ?"

Capture d'écran du documentaire « Shakespeare El Bidaoui »/ © DR
Documentaire : quand les casaouis répondent à "chnou houwa al houb ?"
janvier 03
18:58 2017
Partager

"Shakespeare El Bidaoui", documentaire réalisé par Sonia Terrab sur une jeune troupe de théâtre "Al Jouk Al Bidaoui », interroge les Casaouis sur ce que c'est l'amour.

C’est sur le mythique morceau d'Oum Kalthoum "Hob Eih", fredonné par un jeune homme face à l’océan que s’ouvre "Shakespeare El Bidaoui", documentaire réalisé par l’écrivaine Sonia Terrab. Le film diffusé le 1er janvier sur 2M mais également disponible en VOD, amorce une série de documentaires sur le thème de l’amour au Maroc. Dans ce premier épisode, Sonia Terrab a suivi la jeune troupe de théâtre "Al Jouk Al Bidaoui" qui prépare une adaptation de la pièce "Songe d’une nuit d’été" de William Shakespeare.

A travers la pièce du dramaturge anglais, Ghassan El Hakim metteur en scène de l’adaptation et ses acolytes explorent les tréfonds de l’amour chez les Casaouis. "L’idée est de travailler sur un texte de Shakespeare à la lumière de la question de l’amour", explique le metteur en scène dans le documentaire

Sous le regard de Sonia Terrab, la troupe composée d’une quarantaine de comédiens amateurs se livre à des séances de lecture de la pièce (sur une plage, dans une forêt...), ou à des exercices d’expression sur le toit de la cathédrale Sacré-Cœur de Casablanca. On voit à un moment les comédiens qui apostrophent des passants en leur demandant "chnou houwa al houb?" (Qu’est ce que l’amour?) . Les réponses varient du romanesque au sceptique.

"L’amour est important, chaque personne aime et s’éprend", s’exclame un détaillant de cigarettes rencontré près de la mosquée Hassan II, l'un des plus vieux repères des amoureux casaouis. Une jeune fille explique de manière lucide "on peut aisément parler d’amour en arabe (...), mais généralement quand quelqu’un veut s’exprimer à ce sujet il préfère parler en français, anglais ou il ne dit rien". Son interlocutrice lui rétorque alors "je ne peux pas dire je t’aime, je n’arrive pas à le dire à quelqu’un avec qui je sors par contre à mon chat je le lui dis (rires)". Un jeune homme tranche pour sa part en disant "l’amour constant est celui de ta mère".

Sur l’allée du Prince Moulay Benabdellah, une dame répond "il n’y a pas d’amour mais que de la cupidité". Elle donne cependant un avis moins tranché quand elle évoque les personnage de la pièce de Shakespeare, qui raconte l’histoire de deux amants dont les parents s'opposent à l'union. Ainsi pour elle, "si deux personnes s’aiment vraiment, elles ne doivent pas prendre en compte l’avis de leurs parents". "Il n’y a pas d’amour sans jalousie", lance pour sa part une tatoueuse traditionnelle (neqacha).

La troupe Al Jouk Al Bidaoui n’hésite pas à présenter la problématique de l’intrigue de "Songe d’une nuit d’été" dans des halkates et demande au public de proposer des solutions aux malheurs des deux amants. Ils finissent par jouer la pièce dans le jardin de la cathédrale du sacré cœur. Sonia Terrab conclut son documentaire avec un autre titre mythique ,"J’en ai marre" de Najat Aatabou. Les artistes de la troupe "Al Jouk Al Bidaoui" reprennent d'ailleurs le titre dans leur spectacle "Cabaret Chikhates".

"Shakespeare El Bidaoui" sera rediffusé le 4 janvier à 00h30 sur 2M et en replay sur 2m.ma. Le documentaire sera également projeté le 9 janvier à 19h30 au cinéma ABC dans le cadre de la programmation de Casa/Docks.

Tags
Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss