essentiel

Serge Berdugo: «Il y a au Maroc une prise de conscience sur la question de la mémoire juive»

Serge Berdugo, secrétaire général du conseil des communautés israélites au Maroc. Crédit : AFP
Serge Berdugo: «Il y a au Maroc une prise de conscience sur la question de la mémoire juive»
décembre 30
17:10 2016
Partager

Le chef du Conseil des communautés israélites au Maroc livre à Telquel.ma ses impressions après la réhabilitation du quartier mythique du Mellah de Marrakech. Berdugo regrette que les dénominations des rues et des boulevards au Maroc ne prennent pas en considération les figures juives.

Que pensez-vous de la réhabilitation du quartier Mellah à Marrakech ?

J'ai appris la nouvelle avec beaucoup d’émotion et de reconnaissance. Cela contribue à la sauvegarde de l’identité de ce quartier, dans lequel ont vécu à un moment près de 70 000 juifs marocains. La préservation de ce quartier est un grand geste de réappropriation de l'histoire et du passé du Maroc.

Lire aussi : En images: Mohammed VI à la rencontre des vendeurs de Jemaa El Fna

Dans ce sens, quelle est la symbolique des quartiers du Mellah construits dans plusieurs villes du Maroc ?

Vous savez, le premier Mellah a été créé à Fès, non pas pour protéger les juifs par rapport aux musulmans, mais pour protéger les juifs venant d’Espagne des autres juifs. C’est assez amusant, le Mellah était un lieu d’agrégation des juifs, qui avaient les mêmes coutumes dans la célébration des fêtes. Mais c’était un endroit ouvert, il n’y avait pas le ghetto tel qu’on le voit en Europe. D’ailleurs, le Mellah de Casablanca était ouvert, il n’y avait pas de portes et noyautait la Médina.

Beaucoup de figures juives ont marqué l’histoire du pays. Pourtant, on ne les voit pas sur les noms de ruelles, les places ou les boulevards, qu’en pensez-vous ?

Je déplore cette situation et j’espère que les choses vont changer. Il est important pour la mémoire du pays que les rues soient rebaptisées ou en moins qu’il y ait mention des anciens noms. Il y a certaines communes, comme à Meknès ou à Marrakech, où un travail de fond se fait aujourd’hui. Il y a une prise de conscience sur la question de la mémoire juive et je crois qu’avec les collectivités locales, nous pourrons trouver des moyens pour sauvegarder ce patrimoine marocain.

 

Tags
Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss
Publicité



×