Maroc

Kénitra: Attaque d'une mosquée au hachoir

Kénitra: Attaque d'une mosquée au hachoir
novembre 25
14:03 2016
Partager

Le forcené, âgé de 26 ans, a été interpellé par la police. Au moins trois personnes ont été blessées, dont l’imam de la mosquée.

À Kénitra, un forcené âgé de 26 ans a commis une agression au hachoir dans une mosquée, blessant trois personnes sans faire de victime. Des témoins ont évoqué la piste d’une attaque « à motivation religieuse », mais les premiers éléments de l'enquête réfutent cette thèse. « Jusqu’ici, il n'y a aucune preuve suggérant que l’homme a agi pour un motif religieux. Tous les indices récoltés jusqu’ici montrent que ce tragique événement a été causé par des troubles mentaux » rapporte Almassae.

L’attaque a eu lieu le 24 novembre vers 13 h 45 dans la mosquée de « Sahraoua », à Kénitra. « Peu après la fin de la prière d’Addohr, un homme présentant des caractéristiques de maladie mentale s’en est pris à l’imam de la mosquée, âgée de 55 ans, avec une hâche en vue de le tuer » écrit Almassae. Plusieurs personnes sont intervenues pour sauver l’imam « qui a opposé une immense résistance » dans la foulée de l’agression, affirment les témoins cités par le quotidien. « Il y a un blessé grave et deux blessés légers » parmi lesquels « un enseignant et un charpentier », qui ont tous été hospitalisés, a ajouté la même source.

Le quotidien, qui a pu recueillir des témoignages sur place, décrit une « scène de boucherie évitée de justesse » à l’intérieur de la mosquée, faisant état « de traces de sang et de pansements laissés sur place par après les premiers secours. »

« L’auteur des faits est un déséquilibré qui est déjà connu de la police pour des faits de violences » a précisé le quotidien, qui ajoute  qu'il a été « maîtrisé par des passants en attendant l’arrivée de la police, qui s'est fortement mobilisée pour l'interpeller ».

Les trois victimes sont « hors de danger », note le quotidien. L’une des trois, à savoir l’imam de la mosquée, « souffre de plaies profondes à hauteur du visage » et a été hospitalisé, tandis que les deux autres « ne sont que légèrement touchées ».

L’assaillant avait déjà commis plusieurs agressions similaires, mais il avait été jugé pénalement irresponsable en raison de troubles mentaux. Il a été placé à l'hôpital psychiatrique Ar-Razi, de Salé, d'après la même source.

Tags
Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss