Politique

Ali Belhaj : « Le Chef du gouvernement ne doit pas être choisi du parti arrivé premier »

Ali Belhaj, membre fondateur du PAM et ancien président de la région de l'Oriental. DR
Ali Belhaj : « Le Chef du gouvernement ne doit pas être choisi du parti arrivé premier »
octobre 02
12:18 2016
Partager

Dans une interview accordée à Telquel, le co-fondateur du PAM et ancien président de la région de l’Oriental estime que l’article 47 de la Constitution a été bâclé. Pour lui, ce n’est pas le parti arrivé premier qui doit prendre les rênes le gouvernement, mais celui qui arrive à former une coalition solide. Les détails.

 

C’est une sortie pour le moins surprenante de Ali Belhaj. Comptant parmi les pères fondateurs du PAM, l’ancien président de la région de l’Oriental a affirmé dans une interview accordée à Telquel ne pas être d’accord avec une des mesures phares de la Constitution de 2011. En l’occurrence, l’article 47 qui stipule que « le Roi nomme le Chef de Gouvernement au sein du parti politique arrivé en tête des élections de la Chambre des représentants, et au vu de leurs résultats ».

« Un article très mal écrit »

Un article considéré par tous les courants politiques et leaders d’opinion comme une grande avancée, qui a institué noir sur blanc la fameuse « méthodologie démocratique » si chère à l’ancien leader socialiste Abderrahmane El Youssoufi. « Le fait que le parti arrivé premier prenne la primature est une erreur. Cette disposition n’existe nulle part ailleurs même dans le plus grandes démocraties », explique-t-il, tout en assurant que malgré son désaccord sur cette disposition, il a voté « oui » pour la constitution de 2011. « C’est un point faible de notre Constitution. Malheureusement, elle a été élaborée durant une période de tensions », rajoute-t-il.

Pour lui, quelque soit le classement des législatives, c’est le parti qui arrive à former une coalition solide qui doit gouverner. « C’est un article très mal écrit, pas très précis, et laisse libre cours aux interprétations au cas où le parti arrivé premier ne réussit pas à former une majorité », justifie Ali Belhaj.

Orientation du PAM : « c’est du plagiat européen ! »

Dans la même interview, Belhaj explique pourquoi il ne se présente pas aux législatives du 7 octobre, lui qui a pourtant été de toutes les échéances électorales depuis le début des années 1990. Et donne son avis sur l’orientation actuelle du PAM, dont il est toujours membre. Une orientation « social démocrate », sur laquelle il émet beaucoup de réserves. « Je ne suis pas d’accord avec cette appellation. Et je l’ai exprimé plusieurs fois, mais j’étais minoritaire. Utiliser ce terme nous enferme dans des cases. Pourquoi socio-démocrate  ? Autant garder «  authenticité et modernité  », c’est beaucoup plus fort. Cette notion sonne comme du plagiat européen… », tonne-t-il. Saluant les réformes libérales du gouvernement Benkirane, comme la suppression des subventions aux hydrocarbures et le « langage de vérité tenu face aux diplômés chômeurs », Belhaj, visiblement très fair play, estime en revanche que la team Benkirane n’a pas su piloter l’économie du pays. « En tant qu’homme d’affaires, je n’ai jamais connu une telle situation économique, avec un taux de croissance à 1,5%. On est clairement en crise », explique-t-il.

Lire l’intégralité de l’interview dans le numéro de Telquel actuellement en kiosque.

Tags
Partager

Lire aussi

NEWSLETTER TELQUEL BRIEF

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss