sciences

Saloua Karkri Belkeziz: «Le blocage de la VoIP est une mauvaise idée»

Crédit : Aicpress
Saloua Karkri Belkeziz: «Le blocage de la VoIP est une mauvaise idée»
septembre 27
16:51 2016
Partager

Le Maroc doit rattraper son retard en matière de technologies de l'information. C'est le constat principal de Saloua Karkri Belkeziz, présidente de l'Apebi.

« Nous n’avons pas eu de vitrine depuis dix ans », regrette Saloua Karkri Belkeziz, présidente de la Fédération marocaine des technologies de l'information, des télécommunications et de l'offshoring (Apebi). C'est désormais chose faite: l'Apebi vient d'organiser le premier Salon Aitex Africa IT expo, consacré à la « transformation digitale ». L’événement, qui s’est déroulé du 21 au 24 septembre à Casablanca, a réuni 150 exposants du Maroc et d’autres pays d’Afrique, en quête d’opportunités. Une occasion aussi de faire le point sur le secteur des nouvelles technologies au Maroc.

Telquel.ma: Est-ce que le Maroc est en train de réussir sa transformation digitale ?

Saloua Karkri Belkeziz: Vu les statistiques, on en est loin. On doit être au maximum à 20% en termes de services e-gov et à 6% en termes d’utilisation des TIC (technologies de l’information et de la communication) par les PME.

Nous avons très peu de grosses entreprises dans le secteur des IT et aucune qui arrive à un milliard de dirhams de chiffre d’affaires. Il y a bien Medtech, mais cela reste un regroupement d’entreprises. Ce qu’il faut, c’est des fusions pour créer des entreprises de 500 personnes qui gèrent de grands projets. Jusqu’à présent, les grands projets sont confiés à des multinationales parce que localement, il n’y a pas de sociétés de grande taille. Le problème, c’est que pour qu’elles le soient, il leur faut obtenir des marchés. C’est donc à nous aussi de nous structurer et d'apprendre à travailler ensemble, en groupement, y compris pour attaquer le marché de l’Afrique de l’Ouest. J’ai rencontré les dirigeants d’une start-up locale qui n’a plus que quatre collaborateurs alors qu’ils étaient dix l’année dernière. Ils m’ont expliqué qu’ils ont laissé des plumes dans un marché au Sénégal. Il ne faut pas laisser ces boîtes y aller toutes seules, sans accompagnement.

Et si l’on se compare aux autres pays de la région ? Par exemple à la Tunisie, mais aussi aux pays de l’Afrique de l’Ouest et de l’Afrique anglophone ?

La Tunisie est plus en avance. Un seul chiffre : Nous formons 3 000 ingénieurs et assimilés, tandis qu’eux en forment 11 000. Ils ont des prix beaucoup plus compétitifs que nous ainsi que beaucoup d’avance dans le domaine de l’enseignement, et tout vient de là. Concernant l’Afrique de l’Ouest, c’est variable. Sur certains aspects, ils sont en avance et sur d’autres, c’est le Maroc qui l’est. C’est pour cela que nous avons tout intérêt à travailler ensemble, notamment en termes d’e-gov.

Est-ce que le Maroc envoie les bons messages aux investisseurs ? Je pense notamment au blocage de la VoIP, utilisée pourtant largement par les entreprises et les start-up…

C’était une mauvaise idée. À mon avis, il faut libéraliser et puis contrôler par la suite. Si l’on bloque tout, on va rester sur place.

Que faut-il faire pour booster le secteur des nouvelles technologies au Maroc ?

Il faut démarcher. C’est un secteur qui ne se développe pas. Cette année, il y a un seul marché d’envergure, celui de la poste, et tout le monde va se taper dessus pour l’obtenir. Ce n’est pas normal. On devrait avoir un projet d’envergure par mois dans tous les ministères. Il n’y a pratiquement rien. L’enseignement, la santé et la justice devraient fournir beaucoup de projets et nos entreprises devraient avoir un besoin de main d’œuvre. Malheureusement, ce n’est pas le cas. Nous recevons chaque jour une cinquantaine de demandes d’emploi : Les ressources humaines existent, mais pas les projets.

Tags
Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss