essentiel

Syrie: l'ONU reprend l'aide humanitaire en envoyant un convoi vers une zone assiégée

Crédit: AFP
Syrie: l'ONU reprend l'aide humanitaire en envoyant un convoi vers une zone assiégée
septembre 22
11:57 2016
Partager

Les Nations unies ont repris leur aide humanitaire en Syrie, suspendue le 20 septembre après une attaque meurtrière, et envoyé un convoi humanitaire vers une zone assiégée dans la périphérie de Damas, a annoncé le 22 septembre un porte-parole à Genève.

« Aujourd'hui, nous envoyons un convoi inter-agences (...) avec de l'aide d'urgence pour les habitants d'une zone assiégée de la province de Damas », a indiqué le porte-parole du Bureau de coordination des Affaires humanitaires de l'ONU (Ocha) dans un communiqué. « Nous avons repris les distributions d'aide en raison de l'impératif humanitaire qui exige de rester et de fournir une assistance même dans la situation la plus difficile », a-t-il expliqué.

Il a toutefois souligné que la nécessité de pouvoir garantir le « passage sûr » des convois restait une exigence aussi. Ces « prochains jours », l'ONU espère pouvoir faire parvenir d'autres convois humanitaires vers les zones assiégées de Syrie, où vivent près de 600.000 personnes, a-t-il dit.
Ces convois seront décidés « au cas par cas », précise Jens Laerke.

Dans la soirée du 21 septembre, l'ONU avait déjà annoncé être « prête » à reprendre ses convois humanitaires vers les lieux assiégés ou difficiles d'accès en Syrie, qu'elle avait suspendus mardi après l'attaque meurtrière contre un convoi près d'Alep en début de semaine. L'attaque, survenue le 19 septembre au soir, a touché un convoi acheminant de l'aide de l'ONU et du Croissant-Rouge syrien à 78.000 personnes à Orum al-Koubra, dans l'ouest de la province d'Alep.

Une vingtaine de civils ainsi que le directeur d'antenne locale du Croissant-Rouge syrien, Omar Barakat, ont été tués alors qu'ils déchargeaient les camions du convoi. 18 des 31 camions du convoi ont été détruits. Il n'y a toujours aucune certitude sur l'origine de l'attaque. Washington en avait jugé Moscou « responsable », mais la Russie avait démenti vidéo à l'appui.

Toutes les parties au conflit avaient été informées de ce convoi, selon l'ONU. Depuis le début de la révolte contre le régime de Damas en mars 2011, la guerre a fait plus de 300.000 morts et jeté sur les routes des millions de personnes.

Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss