Médias

Polémique: En Algérie, une enseignante filme ses élèves pour faire la promo de l'arabe

Polémique: En Algérie, une enseignante filme ses élèves pour faire la promo de l'arabe
septembre 14
10:54 2016
Partager

Dans une vidéo avec ses élèves qu'elle a diffusée sur les réseau sociaux, une enseignante algérienne a mis en avant l'enseignement de la langue arabe à l'école, cristallisant ainsi le débat sur l'utilisation de l'arabe dans l'enseignement.

Une semaine après sa diffusion, la vidéo de Sabah Boudris, une enseignante algérienne qui fait l'éloge de la langue arabe continue de faire débat en Algérie entre réformistes et islamo-conservateurs, sur la place de l’arabe classique à l’école.

La scène se passe le jour de la rentrée scolaire en Algérie, le dimanche 4 septembre dans une école située dans la petite ville de Barika, à une centaine de kilomètres au sud-ouest de la ville de Batna selon le site algérien El Watan. L’enseignante a diffusé une vidéo sur les réseaux sociaux où elle montre aux internautes comment elle enseigne l’arabe à ses élèves. Elle s'est filmée posant des questions à ses élèves qui, derrière elle, lui répondent en chœur.

- « Quelle est la langue la plus riche ? » demande-t-elle. « C’est l’arabe » répondent les élèves. « Cette année ma langue de travail sera… ? », « L’arabe ! » reprennent les élèves en chœur. - « Quelle est la langue du paradis ? » interroge toujours l’institutrice. « C’est l’arabe », répondent à nouveau les élèves.

Ce passage de la vidéo de Sabah a suscité de nombreuses réactions et beaucoup de commentaires. Certains ont dénoncé un « endoctrinement dangereux » des écoliers de la part d’une enseignante « qui confond l’idéologie avec la pédagogie », alors que d'autres lui ont exprimé leur solidarité, notamment sur Twitter, à l'instar du hashtag « Nous sommes tous Sabah Boudris ».

« Mon message est noble »

L'affaire a également fait réagir au sommet de l'État. Selon le média algérien Tout sur l'Algérie la ministre de l’Éducation nationale Nouria Benghabrit a annoncé, le 6 septembre, l’ouverture d’une enquête concernant cette enseignante. « Nous venons de voir à travers Facebook, de jeunes enseignantes faisant des selfies et parler avec leurs élèves. En leur tournant le dos, c’est une catastrophe » a-t-elle indiqué. Et d'ajouter: « Il va y avoir une enquête. Si les faits se vérifient, il y aura une commission de discipline. Nous sommes dans un secteur sensible », a assuré la ministre algérienne de l'Éducation nationale.

 

Lors que la polémique enfle, l'intéressée a tenu à se défendre en assumant ses propos. « Mon message est noble, loin de toutes les interprétations qui ont été faites [...] Ma méthode de travail se veut efficace et satisfait les parents. D’ailleurs, l’année dernière on avait des projets qui ont permis aux élèves de se distinguer », a-t-elle déclaré dans un entretien téléphonique diffusé sur la chaîne algérienne Ennahar TV,  reconnaissant néanmoins que la « seule erreur commise » est le fait de s'être « filmée en classe ».

Elle a, par ailleurs, tenu à saluer l'initiative de ses confrères ayant posté des selfies en classe et remercie toutes les personnes qui lui ont exprimé leur soutien. L'institutrice a reçu en effet le soutien d'instituteurs de plusieurs pays, dont le Maroc.

De leurs côtés, les soutiens de la ministre de l'Education ont lancé « Soutenons Nouria Benghebrit ».

Tags
Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss