édito

Édito. Gouverner par PowerPoint

Crédit : TelQuel
Édito. Gouverner par PowerPoint
avril 29
10:46 2016
Partager

La stratégie de développement du Maroc se déploie en plans sectoriels plus ambitieux les uns que les autres. Ces choix découlent bien sûr d’une volonté royale.

Pour chaque secteur de l’économie – agriculture, tourisme, industrie –, le scénario se répète. Invariablement, les cabinets de conseil missionnés par les pouvoirs publics nous promettent des objectifs de création d’emplois mirobolants, à coups de présentations PowerPoint. On y envisage des taux de croissance à faire pâlir d’envie les dragons asiatiques. Une fois présentés devant le roi, ces plans se transforment en parole d’évangile. Mais jusqu’à présent, ces objectifs sont restés lettre morte.

Rembobinons. Aujourd’hui, quelqu’un peut-il dire si les 5 milliards de dirhams investis chaque année par l’Etat dans le cadre du Plan Maroc Vert depuis 2008 ont porté leurs fruits ? En dehors de la flagornerie réservée au ministre de tutelle, Aziz Akhannouch, y a-t-il eu une analyse critique de cette stratégie ? Avons-nous seulement le droit de questionner les choix stratégiques de notre pays, une fois qu’ils ont reçu cette double onction, technocratique et royale? L’évaluation des politiques publiques ne peut plus être repoussée aux calendes grecques, ni réalisée en catimini. L’échec cuisant de certains de ces plans impose une prise de conscience. Le Plan Azur, par exemple, qui prévoyait l’aménagement de plusieurs stations balnéaires, grâce à 9 milliards d’euros d’investissements dans le secteur touristique, n’a atteint aucun de ses objectifs (lire dossier p. 38).
Personne ne le dit. Pourtant, un plan de relance du secteur touristique a bien été confié à un cabinet de conseil pour espérer rectifier le tir. Où sont donc les outils d’évaluation des politiques publiques ? Dans son rapport 2014 présenté au roi, le patron de la banque centrale attirait l’attention sur ce point : “Il est naturel au regard de ces résultats (faiblesse de la croissance, ndlr) de se demander dans quelle mesure les nombreuses stratégies sectorielles ont pu atteindre leurs objectifs et produire les synergies et l’élan nécessaires pour enclencher une véritable transformation structurelle de l’économie et accélérer le rythme de la croissance.” Ce constat policé sonne comme un désaveu sévère.

Il ne s’agit pas ici de dénigrer les responsables gouvernementaux, dont certains portent une ambition sincère pour les secteurs dont ils ont la charge. Leur volontarisme est salutaire pour sortir le gouvernement actuel de son immobilisme. Mais ces ministres autonomes, forts de leur lettre de mission royale, ne rendent aucun compte ni au Chef du gouvernement, ni aux médias, ni à l’opinion publique. Ils semblent avoir adopté la logique du prince qatari parodié par les Guignols de Canal+ : “La prince il parle pas à toi”. Ces hauts commis de l’Etat s’estiment au-dessus de tout contrôle démocratique. Ils sont pourtant les obligés non seulement du Palais, mais de tout un pays, y compris ses 34 millions d’habitants.  @AichaAk

Tags
Partager

Lire aussi

  • saadoune

    je trouve votre article injuste__ car si des plans de développement de plusieurs secteurs connaissent des retards ils ont l avantage d exister et de mettre en Lumière l objectif les moyens a mettre en oeuvre pour y arriver___ce travail dépend malheureusement d allias imprévisibles et exogènes __ climat de peur pour les tourisme la chasseresse crise chez nos partenaires traditionnelles dangers crées par nos voisins de l est mettant le besoin d assurer la sécurité de notre patrie en priorité des priorités

    par ailleurs personne de bonne foie ne peut dénigrer que toutes les villes du royaume sont un chantier que notre économie attire de plus en plus d industrie de pointe que les infrastructures routières portuaires ferroviaires sont en extension permanent

    je crois madame pour l éthique journalistique votre devoir est de prendre programme par programme analyser objectivement ses buts ses moyens les difficultés de réalisation et proposer a l examen vos solutions pour rectifier le tire

    ainsi vous aurez fait preuve de clair voyance au lieu de dénigrer tout le travail réalisé au lieu de sombrer dans le dénigrement et la stigmatisation gratuite

  • Mohammed Boukkouri

    Les présentations PowerPoint sont devenues une fin en soi. Les départements concernés mettent tous leurs efforts à produire un deck des plus sophistiqués, avec des effets spéciaux spectaculaires comme seuls arguments convaincants. Pour le suivi et l'évaluation, c'est une autre histoire qu'on oublie avec le temps. Les ministres et hauts responsables nommés par décrets ont toujours posé un problème puisqu'ils ne se sentent pas redevables, ni au gouvernement ni aux représentants du peuple. on est encore loin de la démocratie responsable.

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss