Maroc

« Les insultes contre Ban Ki-Moon ne sont pas la position officielle du Maroc »

Crédit : Tniouni
« Les insultes contre Ban Ki-Moon ne sont pas la position officielle du Maroc »
mars 16
11:32 2016
Partager

Pour nos politiques, les insultes proférées par des manifestants contre Ban Ki-Moon lors de la manifestation du 13 mars sont « des dérapages qui ne peuvent être contrôlés.» 

La manifestation nationale de dénonciation des propos de Ban Ki-Moon tenue le 13 mars à Rabat a aussi été le théâtre de quelques insultes proférées à l'encontre du secrétaire général des Nations-Unies. Des insultes qui ont été condamnés par la majorité des hommes politiques marocains.

« Lorsque vous avez une marche de cette ampleur, il y a des dépassements de langage et des dérapages qui sont condamnables. Cela existe partout dans le monde. Toutefois, ces propos ne représentent pas la position officielle du pays dans la mesure où les responsables doivent avoir un langage courtois et respectueux », nous confie Nabil Benabdellah, secrétaire général du PPS et ministre de l'habitat.

Même son de cloche du côté du parlementaire Wadii Benabdellah du RNI. « Des propos comme cela existent dans toutes les manifestations car les organisations syndicales et les partis politiques ne peuvent pas tout contrôler surtout quand c'est une marche où trois millions de personnes ont défilé », nous explique-t-il.

Des réactions compréhensibles ?

Pour Hanane Rihab, membre du bureau politique de l'USFP, « ces réactions inadmissibles, même si elles sont minoritaires dans une manifestation qui a connu une forte mobilisation, sont provoquées par les blessures qu'ont ressenties ces manifestants suite aux propos du secrétaire générale des Nations-Unies sur le Sahara. Les déclarations de ce dernier ne respectent pas le point de vue des rapports de l'ONU à ce sujet.» 

Même s'il salue la mobilisations des citoyens, Mehdi Bensaid, député du PAM, rappelle que « les insultes doivent être évitées par tout le monde. »

Ces politiques condamnent aussi unanimement les propos de la parlementaire de l'Union constitutionnelle Bouchra Berjal qui a traité Ban Ki-Moon de singe. Ils s'accordent à dire qu'un « haut responsable ou élu doit se garder de ce genre de propos dans la mesure où c'est considéré comme un acte irresponsable et nuit à l'image de l'exercice politique. »

Suite à ces déclarations de la parlementaire Bouchra Berjal, le secrétaire général de l'UC Mohamed Sajid précise que son parti va tenir une réunion exceptionnelle pour étudier et statuer sur les déclarations de la député.

Tags
Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss