Maroc

Abdelilah Benkirane : « Nous sommes contre la violence et contre le non-respect de la loi ».

Crédit: Rachid Tniouni
Abdelilah Benkirane : « Nous sommes contre la violence et contre le non-respect de  la loi ».
janvier 09
14:01 2016
Partager

Le chef de l’Exécutif a affirmé avoir appelé le ministre de l’Intérieur, Mohamed Hassad, pour « discuter » des violences du 7 janvier.

La manifestation des enseignants stagiaires était le principal sujet évoqué lors du Conseil national du Parti de la justice et du développement (PJD) qui s’est tenu le 9 janvier à Salé. Un sujet qui a été tout d’abord évoqué par le président du Conseil national du parti de la lampe, Saadeddine El Othmani qui a déclaré que sa formation « refuse le recours à la violence lors des manifestations pacifiques ».

C’est ensuite le chef du gouvernement, et leader du parti, Abdelilah Benkirane qui a pris la parole à ce sujet. Dans son discours, le chef de l’Exécutif a affirmé avoir appelé le ministre de l’Intérieur, Mohamed Hassad, pour « discuter » du sujet. Une conversation sur laquelle le secrétaire général du PJD n’a livré aucun détail si ce n’est qu’aucune décision ne serait prise avant que les autorités n’aient obtenu des informations « exactes » sur le déroulement de la manifestation. Il a ensuite affirmé que le gouvernement était contre la violence, mais aussi « contre le non-respect de la loi » sans donner plus de précisions.

Pour rappel, la manifestation des enseignants stagiaires du 7 janvier a été réprimée par les forces de l’ordre. Une dizaine de manifestants a été blessée dont trois sérieusement. Les manifestants réclamaient  le retrait de deux décrets adoptés par le Ministère de l’Éducation le 8 octobre 2015.  Le premier, met un terme à l’intégration automatique des professeurs stagiaires, à l’issue de leur année de formation dans les centres régionaux des métiers de l’enseignement et de la formation (CRMEF) dans la fonction publique, en vigueur depuis l’indépendance. À la place, il a instauré un concours de sortie permettant l’accès à l’enseignement dans le public. Quant au second décret mis en cause, il réduit de moitié la bourse des enseignants stagiaires qui passe de 2 454 à 1 200 dirhams.

Tags
Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss