Monde

L'agression d’une femme taxi suscite l'émoi en Algérie

Crédit: DR
L'agression d’une femme taxi suscite l'émoi en Algérie
décembre 02
16:28 2015
Partager

Sur sa page Facebook, la jeune femme de 28 ans raconte comment un homme s’en est pris à elle en pleine rue. Son affaire a choqué les internautes algériens.

3611. C’est le nombre de fois qu’a été partagée la publication dela page Facebook « Chouchou Taxi Alger » en quelques heures. Taxi femme à Alger, la jeune rédactrice de cette page raconte sa « première agression physique » et publie une photo de son nez et de sa bouche ensanglantés. « J’étais dans ma voiture. A la fenêtre, un homme se défoule sur mon visage à coup de poing, pour apaiser la douleur d’un décès d’une personne de sa famille », précise-t-elle sur sa page. La jeune femme de 28 ans se souvient avoir remarqué qu’une cérémonie funéraire se tenait à proximité.

Le premier choc passé, elle déclare s’être heurtée à une nouvelle difficulté : « Les gendarmes ont posé des questions à la famille de l’agresseur qui a, bien sûr, nié les faits. Ils ont relevé le nom de famille et c’est tout ! L’enquête, c’est fini. Finalement, je ne peux pas porter plainte contre un inconnu dont je n’ai pas le nom et l’adresse. […] Si je prends un avocat et même si je pars en justice, il n’ira pas en prison et il s’en sortira avec juste une amende de 20 000 dinars algériens (DA) (environ 1 850 dirhams marocains, ndlr), l’Etat me remboursera 5 000 DA et je serais sujette à une éventuelle vengeance. Pour le mettre en prison, il me faudra un certificat médical de 10 points de suture ou des os cassés ! ».

Chouchou Taxi n’est pas une figure inconnue en Algérie puisque le site algérien en ligne tsa-algerie.com a fait son portrait cette année. Faisant partie des très rares femmes taxi du pays, la jeune femme avait abordé les difficultés à exercer un « métier d’homme ». Après presque un an d’expérience, elle avait déjà vécu plusieurs mauvaises aventures avec des collègues ou des passants, hostiles à son existence dans la profession. Mais c'est agression physique est un nouveau palier.

Sarah Gyé-Jacquot

Tags
Partager

Lire aussi

  • Sherine Keller

    "un homme se défoule sur mon visage à coup de poing, pour apaiser la douleur d’un décès d’une personne de sa famille" Pour certains hommes, la femme est un défouloir, tout comme certains maltraitent leurs animaux de compagnie.

NEWSLETTER TELQUEL BRIEF

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss