Maroc

Nabila Benkirane: «Mon rôle est celui de la femme aimante»

Nabila Benkirane. Crédit : DR
Nabila Benkirane: «Mon rôle est celui de la femme aimante»
mars 19
10:27 2015
Partager

Selon Nabila Benkirane, épouse du chef du gouvernement, la condition de la femme mérite encore plus d’efforts et est au-delà de tout calcul politique.

Lors d’un entretien avec le quotidien arabophone Akhbar Al Yaoum, l’épouse d’Abdelilah Benkirane a dévoilé un côté intime de sa vie ainsi que son point de vue sur la condition de la femme au Maroc. Concernant son époux, elle affirme qu’il est aux petits soins, une qualité qu'il doit, selon elle, à sa mère « connue pour sa sagesse et son sens de l'humour ». Quant à son rôle, Nabila Benkirane explique qu’elle est la femme aimante qui soutient son mari dans tous ses projets.

Pour l’éducation de ses enfants, « le chef du gouvernement ne fait pas de différence entre ses fils et ses filles ». Nabila Benkirane répond ainsi aux accusations de misogynie faites à son époux.

Lire aussi : Fatiha Layadi, députée PAM : « C’est Benkirane qui s’acharne 
sur les femmes »

« Les femmes souffrent de la marginalisation et de l’abandon scolaire »

L’épouse du chef du gouvernement est également revenue sur la marche du 8 mars. Pour elle, il ne devrait y avoir ni marchandage ni calcul politique avec la condition de la femme : « Les femmes qui ont participé à cette marche ont été récupérées politiquement, discréditant ainsi les vrais problèmes dont souffre la femme au Maroc ». Assez inattendu, Nabila Benkirane a salué la secrétaire générale du Parti socialiste unifié Nabila Mounib, qui n’a pas participé à la marche du 8 mars. « Elle a refusé de faire de la surenchère politique (sur la question de la femme) », a estimé l'épouse du chef du gouvernement.

Quant aux problèmes que connaissent actuellement les femmes dans le royaume, elle explique que celles-ci « souffrent plus de la marginalisation, du manque d’opportunités ainsi que de l’abandon scolaire ». Sur la parité, Nabila Benkirane estime qu’elle devrait être appliquée. Toutefois, pour les postes de responsabilité, elle souligne que c’est plus la compétence qui prime au-delà du genre.

Lire aussi : La CGEM s’attaque aux discriminations envers les femmes

Tags
Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss