Maroc

Les politiques du courant Zaïdi débarqués de l’USFP

Ahmed Reda Chami et Driss Lachgar. Crédit: Rachid Tniouni
Les politiques du courant Zaïdi débarqués de l’USFP
mars 03
15:57 2015
Partager

Driss Lachgar a décidé, le 2 mars, de radier les personnes appartenant au courant Ouverture et démocratie de la liste des membres de l'USFP. Ahmed Reda Chami passe à travers les mailles du filet.

Lors d’une réunion au bureau politique de l’USFP lundi 2 mars, le premier secrétaire du parti de la rose Driss Lachgar a pris la décision de rayer de la liste des membres du parti les personnes affiliées au courant Ouverture et démocratie qui se sont réunies le 21 février dernier pour annoncer leur séparation de l’USFP.

Les personnes concernées par cette radiation sont : Abdelali Doumou, Ali El Yazghi, Aïcha Guellaâ, Touria Majdouline, Mohamed Houmani, Abderrahmane El Azzouzi, Larbi Habachi, Benjelloun Touimi et l’ex-ministre de l’emploi Jamal Rhmani.

Toutefois, quatre membres du courant Ouverture et démocratie n’ont pas été débarquées. Il s’agit d’Ahmed Reda Chami, Hassan Tarik, Tarik El Kabbaje et Abdelhadi Khaïrate. « Ces personnes n’ont pas été radiées car elles ne se sont pas présentées à la réunion du 21 février. Et Ahmed Reda Chami n'y a assisté que pendant un court laps de temps », nous confie un membre du bureau politique de l’USFP qui a préféré garder l’anonymat.

Driss Lachgar ne devrait pas s'arrêter là et prévoit d'ores et déjà une autre mesure. Celle d’envoyer une lettre au président de la Chambre des représentants Ahmed Talbi Alami afin de l’avertir que les parlementaires Abdelali Doumou, Mohamed Houmani et Ali El Yazghi ne sont plus à l’USFP. Cette décision pourrait provoquer le gel du mandat de parlementaire des trois hommes.

Rappelons que le courant « Ouverture et démocratie » créé par le défunt Ahmed Zaïdi a annoncé sa séparation avec le parti de la rose ainsi que la création d’une nouvelle formation politique le 21 février dernier. Le congrès constitutif du futur parti, dont le nom n’a pas encore été décidé, doit avoir lieu dans un délai de trois mois.

Le courant Ouverture et démocratie était en conflit depuis plusieurs mois avec le premier secrétaire de l’USPF, Driss Lachgar, auquel il reprochait notamment sa gestion des élections du président du groupe parlementaire socialiste à la première chambre.

Tags
Partager

Lire aussi

  • boumehdi

    Si la vocation d'un parti est de rassembler bien au delà de ses terres,ces ex-communications en voient un terrible message aux militants s'il en reste qu'à l'opinion confortée dans sa conviction que ce parti est devenu juste un enjeu de pouvoir.Comment se réjouir de voir le parti de Ben Barka et de Bouabid devenir l'ombre de lui-même.Comment admettre que les rares sages comme Oualalou,Radi,El Malki puissent voir cette fin tragique du premier parti populaire du Maroc au moment où la bataille idéologique fait défaut,au moment où le pays est menacé par les périls extérieurs tels que les manipulateurs de d'ach et du polisario,au moment où la jeunesse est à la recherche d'un ideal autre que celui de la drogue,de la violence dans et en dehors des stades,de l'abandon de toute éducation à l'école,au collège,au moment où les droits de la femme sont remis en question par l’obscurantisme.Voilà les ideaux qui devraient cimenter les tihadis et non ces querelles de faux zaims,qui sont grenouille et non boeuf....

  • Pingback: Com’ digitale – Comment s’en sortent nos politiques? - MNN International()

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss