Monde

Cuba: le dégel avec Washington sonne le glas du castrisme

AFP
Cuba: le dégel avec Washington sonne le glas du castrisme
décembre 18
08:24 2014
Partager

L'annonce mercredi 17 décembre, du rapprochement entre les États-Unis et Cuba marque la fin d'une certaine idée de la Révolution cubaine pure et dure, supplantée par la politique pragmatique du président Raul Castro, estiment des analystes.

Après avoir succédé à son frère Fidel en 2008, le président cubain a progressivement adouci son discours à l'endroit de Washington, laissant ainsi l'espace nécessaire au geste historique de Barack Obama, après plusieurs décennies marquées par les invectives anti-américaines du « Comandante » Fidel. Selon plusieurs diplomates et experts, l'annonce historique de mercredi aurait d'ailleurs probablement été inenvisageable sous l'ère du père de la Révolution cubaine, qui avait érigé en "destin" sa lutte contre l'ennemi américain.

Mais à 83 ans, Raul a imposé sa marque à la tête du pays, menant une série de réformes auparavant impensables telles que l'ouverture partielle à l'économie de marché ou l'octroi aux citoyens de la liberté de voyager sans autorisation des autorités. Des réformes vues d'un très bon oeil de l'autre côté du détroit de Floride. A son arrivée au pouvoir, il avait annoncé qu'il dialoguerait « d'égal à égal avec les États-Unis ». Et depuis le printemps 2013, cet homme méthodique et peu disert a mené à distance des discussions secrètes sous l'égide du Canada avec des responsables américains. Pourtant, Raul était auparavant considéré comme un « dur » du régime, lorsqu'il était ministre de la Défense de son frère.

De l'avis d'un diplomate latino-américain, Raul Castro a su faire les concessions nécessaires à ce rapprochement aussi spectaculaire qu'historique. « Cet accord sur la normalisation des relations n'est pas survenu du jour au lendemain. C'est un processus qui a mûri et qui doit impliquer des concessions », explique-t-il à l'AFP sous couvert de l'anonymat.

Offensive diplomatique

La libération des trois espions cubains et des deux prisonniers réclamés par les États-Unis, n'est « que la partie la plus visible de l'accord ». « Il doit y avoir eu d'autres promesses et concessions », assure encore le diplomate. Parmi les facteurs clés qui ont favorisé ce changement de climat, figure également la décision de Raul Castro d'ouvrir un canal diplomatique avec le Saint Siège, alors que Fidel maintenait ses distances avec l’Église. Mercredi, le président cubain a « reconnu et remercié le Vatican, et particulièrement le pape François, pour leur appui » en marge des tractations avec Washington.

Dans le même temps, il a continué à donner le change sur les thèmes chers au régime, en n'ayant de cesse de réclamer la liberté des trois agents cubains et de condamner l'embargo américain, que les Cubains continuent d'appeler « blocus ». Pas question non plus de montrer des signes de faiblesse sur des questions relevant à ses yeux de l'intégrité nationale, que ce soit au niveau de l'ouverture politique ou des droits de l'homme. « Nous avons maintenu une profonde loyauté envers ceux qui sont tombés en défendant ces principes » d'indépendance, a-t-il martelé mercredi, sans oublier de mentionner que la position de Cuba vis à vis de Washington n'avait pas varié d'un iota par rapport à l'époque de Fidel.

En janvier, Raul Castro avait aussi réussi la prouesse de mobiliser tout le continent pour faire pression sur Washington lors du sommet à Cuba des 33 pays de la Communauté des États d'Amérique latine et des Caraïbes (Celac), qui avait adopté une résolution marginalisant les États-Unis. Depuis, les États-Unis étaient exposés à la menace de boycott du prochain sommet des Amériques, prévu en avril 2015 au Panama, si Cuba demeurait maintenu à l'écart par Washington. Dorénavant, les deux camps devront œuvrer de concert pour maintenir cette dynamique, juge le Cubain Arturo Lopez-Levy, de l'Université de New York. « Le chemin ne sera pas facile, mais une bonne perception sera la clé pour les relations entre Cuba et les Etats-Unis », explique-t-il à l'AFP.

Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss