Maroc

Quand Tanger était un havre de liberté pour les gays

C'est à l'hôtel El Muniria que William Burroughs a écrit "Naked Lunch" de 1954 à 1957. Crédit : Fredrik Haglund / Flickr
Quand Tanger était un havre de liberté pour les gays
octobre 15
09:23 2014
Partager

Suite à l’arrestation de Ray Cole, un article de la BBC se penche sur les années fastes de la communauté gay au Maroc, à Tanger notamment.

La récente arrestation et libération du touriste britannique Ray Cole et de son compagnon marocain, Jamal Ould Nass, a révélé la distance qui sépare le Maroc et certains pays européens en termes de droits accordées à la communauté LGBT. Pourtant, la situation était inversée dans les années 1950, durant lesquelles le Maroc, et en particulier Tanger, était considéré comme un « havre de paix » pour les personnes homosexuelles selon un récent article du site web de la BBC.

Ainsi, l’auberge El Muniria, située dans la ville du détroit, a accueilli le très contesté William Burroughs, qui est l’auteur de l’un des livres les plus choquants de la littérature américaine, Naked Lunch. Pendant plus de 10 ans, ce livre, écrit à Tanger, a été censuré par la loi américaine sur l’obscénité. Le roman est un mélange d’autobiographie, de science-fiction et de satire, le tout pimenté par des descriptions de relations homosexuelles. La ville du détroit bénéficiait, à cette époque, du statut de ville internationale, ce qui lui permettait, selon l’académicien britannique Andrew Hussey, d’être connue comme une ville « d’utopie du plaisir dangereux et inconnu ».

« Réserve illimitée de jeunes locaux en besoin d’argent  »

Tanger a permis à William Burroughs et à bon nombre de personnes homosexuelles de multiplier les conquêtes dans une cité où «  les Occidentaux pouvaient se soumettre à leurs désirs, sans peur d’agression [tout en disposant d’] une réserve illimitée de jeunes locaux en besoin d’argent et en fumant une quantité tout aussi illimitée de cannabis local ».

Toutefois la cohabitation connaissait quelques heurts, comme le raconte l’aristocrate britannique David Herbert, dans son autobiographie, lorsqu’il parle de l’attitude des Européens résidant dans la ville : « Tous les Marocains qu’ils voyaient étaient à vendre. Leur attitude (celle des Européens, ndlr) causait beaucoup de tort, et si quelqu’un se prenait un coup sur la tête c’était généralement de leur faute [aux Européens] ».

Comment donc expliquer l’arrestation de Ray Cole dans un pays avec un tel historique ? Selon l’écrivain et spécialiste du monde musulman, Barnaby Rogerson : « Le Maroc est un endroit où la tolérance est pratiquée mais n’est pas prêchée ».

Lire aussi : Justice : l’homosexualité, crime et tabou

Tags
Partager

Lire aussi

  • hanene

    quel pays de fous

    • hi

      algechien hawhaw

  • hanene

    les homos au nord les pedos au sud les prostituees au centre

    • albator

      hey oui ! on fait comme on peut ! on évolue avec le temps.. a ce que je vois ! toi tu es encore a l époque des cro-magnons.

  • Ali

    Well said albator !! Hanene still leaving in dark age ? Poor chap

    • albator

      c est de l ironie mon cher ALI !

  • il fallait titrer: "QUAND TANGER N'ETAIT PAS MAROCAINE"
    Tanger était anglo-hispano-française où tout ce qui était illicite en europe, y était toléré.

    • zebi

      boussou zebi galkoum sidi!

  • Sbandim

    Il y a eu et il y a trop d etranger, renommés et non, ayant la pretention de pouvoir exploiter sexuelment femmes et hommes au Maroc, soient les victimes des enfants

    ou des jeunes. ça n avait et n a rien a voir avec le tourisme et la liberte, mais avec la violence et le colonialisme. La prostitution doit etre analysee du point de vue de la victime : elle est alors la derniere chance pour se donner l argent pour la nourriture, les vetements, le loyer pour un toit. Il faut alors que les institutions aident

    les victimes de prostitution et de pedophile en lui donnant une assistance psychologique, mais aussi un projet pour sortir de la misere qui est la raison qui pousse a la prostitution. Malheuresement au contraire ce sont les victimes, et notamment les femmes qui risque en plus l accouchement, a payer pour la meprise sociale et de la loi. Et les fils et filles des jeunes exploitees recoivent elles memes une autre acte de violence n etant reconnu si nait hors de mariage.

    Il y a beaucoup de filles au Maroc forcées accoucher suite a un viol de l exploiteur, mais aussi de fiancés pas honnetes, qui recoive comme ça une double violence,

    parce qu elle ne peuvent pas acceder a des medicaments empechant l accouchement et elles sont abandonnées a elles meme apres l accouchement.

    Pour ce qui concerne l homosexualité il s agit en effet d un probleme qui decoule

    de la non reconnaissance de la difference entre sex exterieur et identité sexuelle

    psychoologique, car en effet les deux ne correspond pas toujours. En effet c est l

    identité sexuelle psychologique qui va prevaloir dans le developpement de l identite de la personne et pas le sex exterieur. De ce point de vue, l homosexualité en realité n existe pas. Finalement il y a aussi des personnes qui de naissance

    presentent a la fois de signes sexuels exterieurs des deux sex et qui ont le meme

    droit a vivre sa vie de toute autre personne au monde, et donc elles aussi ont le droit a une vie amoureuse comme tout le monde.

  • mido

    Les "modernistes"/singes évolués/occidatololaicard ne seront satisfait que lorsque chaque marocain se sera converti en pute, en sodomite ou en pedo-porc (ou tout à la fois)... En attendant, on importe la merde moderno-democrato-khanez.

    • alatlassi

      Ce que tu oublie opportunément de dire, c'est que la pédophilie relève plus des islamistes que des modernistes, puisqu'ils militent contre l'âge minimum du mariage et prennent comme prophète quelqu'un qui a 60 ans s'est marié avec une petite fille de 9 ans...

  • mohsix

    PAS DU TOUT FIER D ETRE MAROCAIN !!!

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss