essentiel

Les conditions de vie des Marocains sont plus mauvaises que celles de leurs voisins

Les conditions de vie des Marocains sont plus mauvaises que celles de leurs voisins
avril 06
05:26 2014
Partager

La note donnée par le SPI au Maroc concernant les conditions de vie de sa population est de 58,01 (sur 100), ce qui place le Maroc au 91eme rang  (sur 132 pays) du classement établi par l’organisme.  A titre de comparaison, la Tunisie se situe à la 69eme place de ce classement tandis que l’Algérie figure à la 87eme position. Cette note est basée sur trois critères : couvertures des besoins humains de base, le bien-être des populations ainsi que les opportunités offertes aux  habitants des pays évalués.

Le Maroc couvre  efficacement les besoins humains de base

Dans le domaine de la couverture des besoins de base, le royaume se distingue avec une note de 71.86. Parmi les points forts du Maroc dans ce domaine, la nutrition et les soins médicaux de base  où le royaume obtient une note de 87.74.

Comparé aux pays ayant le même PIB par habitant, le Maroc a établi de bons scores dans les domaines de la qualité de vie (76.18)  et de la sécurité personnelle (68.95). Une statistique qui pourrait être mise en doute par la récente montée de la criminalité à Casablanca.

Le bien-être de la population, peut mieux faire

Pour ce qui est du bien-être, le royaume décroche de bonnes notes dans l’accès aux connaissances de base (76.78) et celui de la santé. Un bémol néanmoins pour les analystes de SPI : le taux d’alphabétisation des adultes ainsi que la parité homme-femme dans l’éducation secondaire.

Toutefois, grâce aux nombres d’utilisateurs connectés au Maroc, le royaume est mieux classé que d’autres pays ayant un PIB par habitant similaire

Le royaume offre peu d’opportunités à ses habitants

Le Maroc offre peu d’opportunités à ses habitants et il lui reste encore du chemin à faire par rapport aux pays ayant le même PIB par habitant. En cause notamment, l’accès aux études supérieures, avec une note de 14,37 qui s’explique par le peu d’années que passent les femmes à l’école ainsi que les disparités dans le domaine de l’éducation. Concernant le domaine de la liberté de culte, le Maroc reste en deçà des attentes.

Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss